23 janvier 2008

Renault-Nissan et Project Better Place préparent le lancement d’un véhicule électrique en Israël

L’Alliance Renault-Nissan et Project Better Place ont conclu un accord de développement d’un marché du véhicule électrique sur le marché israélien. La solution proposée est la réponse au défi que le gouvernement israélien a lancé à l'industrie automobile et à ses fournisseurs, pour faire évoluer les infrastructures de transport du pays vers l’utilisation des énergies renouvelables et de réduire de manière significative les émissions de CO2 et de particules.

Pour la première fois, toutes les conditions nécessaires au succès de la commercialisation à grande échelle de véhicules électriques seront réunies. Le gouvernement israélien aiderait les clients par le biais d’incitations fiscales, Renault fournirait les véhicules électriques et Project Better Place construirait un réseau électrique de recharge des batteries sur l’ensemble du territoire national. Les véhicules électriques seront mis sur le marché en 2011.

L’objectif zéro émission sera atteint tout en offrant des performances identiques à celles d’un véhicule équipé d'un moteur essence de 1,6 litres. Le véhicule électrique sera très probablement développé sur la base du modèle Megane. Nissan, par le biais d’une filiale commune avec NEC, fournira une batterie lithium-ion. Renault met actuellement au point un système de « batteries échangeables » pour assurer une mobilité permanente. L’ensemble du dispositif sera soumis à une série de tests dès cette année.

Pour l’Alliance Renault-Nissan, cet engagement n’est en fait qu’une première étape vers la voiture électrique. Ce type de propulsion est clairement dans les plans du groupe, certainement avec un châssis dédié afin de limiter la contrainte de l’encombrement et du poids des batteries plutôt qu’une adaptation d’un véhicule thermique existant.
  Yvonnick Gazeau

Haut de page