21 février 2008

Le moteur à taux de compression variable MCE-5 en route pour la commercialisation

Moteur à taux de compression variable
MCE-5 au banc

Le moteur à taux de compression variable MCE-5 que nous présentions en février 2005 dans notre dossier Les moteurs à rapport volumétrique variable est en passe de devenir réalité. C’est probablement le VCR (Variable Compression Ratio) le plus avancé de tous les projets en cours.

L’intérêt de la technologie MCE-5 est d’augmenter le rapport volumétrique de compression lorsque le moteur n’est pas en pleine charge, soit durant l’essentiel du temps d’utilisation du véhicule. Ce rapport peut varier de 7 : 1 à 18 : 1, ce qui offre une valeur moyenne pondérée effective de l’ordre de 14 à 15 : 1 sur un cycle NEDC (New European Driving Cycle). Parmi ses autres avantages, sa flexibilité permet un contrôle individuel du taux de compression pour chaque cylindre, ce qui facilite la mise en place un éventuel passage à la combustion CAI.

Le MCE-5 a été conçu en 1997 par Vianney RABHI et a fait l’objet dès 2000 de divers programmes de R&D conduits en partenariat avec PSA Peugeot-Citroën, ou Danielson Engineering. Les programmes de R&D, initialement orientés sur la validation du principe MCE-5, ont débouché sur l’amélioration des composants innovants étape par étape, l’identification et la mise en œuvre de leurs procédés de fabrication en grande série, la réalisation de moteurs multicylindres proches de leur définition finale, et leur intégration dans des véhicules démonstrateurs.

Classés désormais comme « prioritaires » par diverses institutions nationales, les programmes de R&D MCE-5 ont été soutenus par l’état français à hauteur de 8 millions d’euros sur les 18 investis à ce jour. En 2009, le projet MCE-5 va prendre une dimension européenne multipartenaires. Ces programmes ont été notamment retenus par le PREDIT – Programme National de Recherche et d'Innovation dans les Transports Terrestres – via les projets IMPACT en 2003 et FLOWER en 2006. Des programmes annexes dédiés à la production en grande série des composants innovants du moteur MCE-5 ont été labellisés et soutenus par le Pôle de Compétitivité MIPI de Metz, avec ASCOFORGE Safe comme principal partenaire. Le Pôle MOV’EO Haute Normandie est également fortement impliqué dans les programmes MCE-5.

Ces divers programmes ont permis d’identifier les procédés de fabrication en grande série et les coûts de production associés, ainsi que de quantifier la réduction de la consommation de carburant. La société annonce une baisse de la consommation des véhicules d’entrée de gamme de 20 %, pour un surcoût de l’ordre de 500 euros en prix de revient en fabrication. Toujours selon le concepteur, le MCE-5 pourrait induire une réduction de consommation de 30 à 35 % des véhicules de moyen à haut de gamme, voire plus selon la puissance, avec un prix de revient jusqu’à 800 euros inférieur à celui de son équivalent classique.

Le passage à la commercialisation est planifié. Fin 2008, les premiers véhicules prototypes MCE-5 seront disponibles pour essais et présentation au public (véhicules de type Peugeot 407). Fin 2009, les améliorations identifiées sur plus d’une année d’essais au banc et sur véhicules, auront été intégrées sur les moteurs suivants. Entre 2010 et 2012, un moteur abouti sera dessiné pour un véhicule d’un grand constructeur, et une production en présérie permettra la commercialisation d’un nombre limité de véhicules dès 2013. En 2015, la production et la commercialisation à grande échelle de ce nouveau type de moteur pourront débuter chez un ou plusieurs constructeurs automobiles. Ces moteurs intégreront, en plus du taux de compression variable, l’ensemble des technologies et stratégies développées aujourd’hui pour les moteurs classiques.

Haut de page