28 mai 2008

Renault/Nissan mondialise sa logistique et crée le Design to Logistics

Michel Faivre-Duboz
Directeur de la "supply chain" de Renault

Le service logistique de l’Alliance Renault/Nissan doit lui aussi s’adapter à la mondialisation. Carlos Ghosn a ainsi déclaré « nous ne sommes plus dans un monde où l’intendance suivra ». La refonte de la logistique au niveau mondial a été confiée à Michel Faivre-Duboz, Directeur de la "supply chain" de Renault et ex-Directeur du développement de l’ingénierie véhicules. Il lui appartient de veiller au respect des délais de livraison, à la gestion des approvisionnements et à l’optimisation des savoir-faire. Michel Faivre-Duboz donne cet exemple : « 80% des véhicules neufs sont livrés à temps. L’objectif n’est pas d’atteindre les 100% mais d’éviter les gros problèmes de livraison ». Néanmoins, un objectif de gain de 9% de productivité est établi dans le « Renault contrat 2009 ».

Un travail d’optimisation des moyens et des coûts de transport est aussi en cours. Par exemple, un flux de transport de Logan vers l’Europe du Nord et de véhicules Nissan vers l’Europe du Sud vient d’être établi. Autre exemple, la fabrication du Koleos n’a pu être validée qu’avec la prise en compte de l’intérêt des marchés coréen et européen, un site unique de production et un concept de transport viable et rentable en collaboration avec Nissan. Les schémas de livraison en place ne sont pas figés, des évolutions peuvent apparaître, notamment avec l’augmentation du prix du baril qui affecte, en premier, le coût des transports terrestres.

Enfin, pour être plus efficace, la logistique est de plus en plus intégrée dans la conception du véhicule. On parle alors de « Design to Logistics ». Le but est de prendre en compte le poids et l’encombrement des pièces dans leur définition. Un plancher plat de Logan fabriqué en Roumanie peut facilement être transporté à l’usine d’assemblage marocaine ; sa forme plus facilement empilable que la plupart des planchers apporte un gain en volume de chargement jusqu’à 50%.
  Yvonnick Gazeau

Haut de page