9 mars 2009

Lancement du projet OPTFUEL sur le biocarburant de seconde génération

Le projet OPTFUEL, mené par un consortium de recherche européen, a pour objectif de démontrer l’intérêt pour le monde du transport et la faisabilité d’une production à grande échelle du carburant liquide issu de la récupération de résidus de bois et autres produits forestiers (BtL).

Le processus de production du BtL implique la gazéification des résidus à très haute température (1400 °C). Le projet OPTFUEL permettra d'établir la base technique pour la production à grande échelle jusqu’à 200’000 tonnes par an. Les essais de production du BtL commenceront avec la culture de 200 hectares de saules à croissance rapide, de peupliers et de robinia (robinier faux-acacia) qui seront utilisés pour produire des biocarburants dans l’usine pilote de CHOREN industries. Cette usine, basée à Freiberg en Allemagne, produit déjà 15’000 tonnes de gazole par an. Les données de performance de l'usine pilote de Freiberg seront modélisées afin d'identifier les possibilités d'amélioration par rapport à l'actuel processus de production et de créer la base technique pour une grande installation de production de BtL.

Des projets antérieurs ont démontré que des réductions considérables d’émissions de gaz polluants peuvent être atteintes. En outre, le consortium évaluera les aspects économiques et le potentiel de réduction de la consommation d'énergie et de gaz à effet de serre dans toutes les étapes du processus de production du BtL. Les questions techniques liées aux plantations de bois pour les applications de l'énergie seront également examinées de façon approfondie.

Dix partenaires de cinq pays mettent en commun leurs compétences pour optimiser la production du BtL sur une période de 3,5 ans. Les partenaires du consortium sont les constructeurs Volkswagen, Ford et Renault, de même que la société d'ingénierie CHOREN Industries, le représentant le secteur européen de l'huile minérale CONCAWE, le fournisseur de technologie de simulation Invensys Process Systems, ainsi que les instituts de recherche l'IFP (France), CERTH (Grèce), IITD (Inde) et le projet allemand Syncom.

Tous les partenaires de ce projet se sont réunis à Wolfsburg pour ce lancement en février dernier. L'Union européenne soutient ce projet de démonstration en apportant un financement de 7,8 millions d'euros.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page