14 novembre 2009

Injecteur piézoélectrique à commande directe de Delphi bientôt à 2400 bars

L’injecteur piézoélectrique à commande directe de Delphi représente probablement le dispositif d’injection pour moteur Diesel le plus évolué techniquement. Il équipe pour le moment le moteur OM651 de la Mercedes 2.2 CDI, mais plusieurs constructeurs sont intéressés par cette technologie et attendent la fin de la période d’exclusivité.

Delphi travaille déjà sur plusieurs évolutions de son injecteur. Ainsi, une version atteignant une pression maximale de 2400 bars est annoncée pour 2011-2012 grâce à des modifications sur l’injecteur, mais également sur le calculateur. Cette montée en pression n’aura par ailleurs aucun effet sur le taux d'introduction du gazole. L’équipementier estime également que son produit pourra baisser les émissions de NOx de 40%. Si ce chiffre se confirme, cela signifie que certains modèles pourront répondre à la norme Euro VI sans post-traitement DeNox ou SCR, donc en évitant un surcoût.

Philippe Bercher, directeur technique adjoint de Delphi Diesel Systems, précise : « Delphi Diesel Systems est convaincu qu’il sera possible de passer la norme Euro 6 sans post-traitement de NOx, ou SCR, que ce soit avec notre injecteur à actuation directe piézoélectrique ou notre injecteur solénoïde rapide, asservi avec valve équilibrée sur certains véhicules. Une alternative au DeNOx est possible avec une augmentation du taux d’EGR, en utilisant des systèmes de refroidissement et également en utilisant une EGR basse pression. La différence entre l’injecteur à actuation directe piezo et l’injecteur servo-solénoïde sera liée à la masse du véhicule et au niveau de performance qui sera demandé au moteur. Un moteur de faible puissance sur un véhicule léger pourra utiliser un injecteur solénoïde alors qu’un moteur plus puissant sur un véhicule plus lourd utilisera un injecteur à actuation directe piezo. »

  Yvonnick Gazeau

Haut de page