19 janvier 2010

AUTOSAR publie sa version 4.0

Le consortium AUTOSAR (AUTomotive Open System ARchitecture) à clôturé sa Phase II avec la publication d’un nouveau jeu de spécifications. Cette version 4.0, dont l’architecture s’inspire en grande partie de l’architecture éprouvée de la version précédente, contient un grand nombre de nouvelles fonctionnalités nécessaires aux principaux domaines d’applications couverts par AUTOSAR et propose de nouveaux concepts qui contribuent à améliorer et développer d’un point de vue technique et fonctionnel ces domaines : sécurité fonctionnelle, architecture, communication stack, méthodologie et matrices et interfaces applicatives. Les spécifications de la version 4.0 sont consultables à l’adresse suivante www.autosar.org, à titre d’information uniquement. L’ensemble des partenaires et membres du consortium peut utiliser gracieusement les spécifications AUTOSAR.

« L’un des principaux objectifs de la Phase II consistait à élargir massivement le support destiné aux nouveaux équipements technologiques tels que les processeurs multicœurs », déclare Simon Fürst, porte-parole d’AUTOSAR. « La version 4.0 apporte toutes les configurations nécessaires aux UCE de la nouvelle génération de véhicules : sécurité fonctionnelle, microcontrôleurs multicœurs, supports pour systèmes LIN 2.1 et FlexRay 3.0 et modèles de temporisation. » Par ailleurs, le nombre d’interfaces applicatives est porté à 540 grâce à l’introduction de près de 320 nouvelles interfaces.

La version 4.0 prend désormais en charge l’échange de gros volumes de données et les signaux de longueur dynamique alors que la version 3.0 était limitée à 8 octets par les formats CAN et LIN. De plus la méthodologie et les matrices peuvent désormais indiquer les délais requis.

Pour la première fois, le consortium procédera également à la validation de la méthodologie et des matrices, ce qui garantira une excellente qualité. La validation de la méthodologie est basée sur la nouvelle version, tandis que la validation des matrices est en partie basée sur la version 3.0, en raison de la disponibilité des outils.

« Les versions précédentes restent en vigueur pendant la durée de la Phase III, mais nous poursuivons le développement. Au cours des prochaines années, des fonctionnalités nouvelles ou étendues seront progressivement introduites qui auront la particularité d’être toujours compatibles avec les versions précédentes » explique Simon Fürst.

Haut de page