20 avril 2010

Crash-box en mousse métallique

Les mousses métalliques en aluminium, alliages de cuivre ou d’acier, mises au point par le Centre Technique des Industries de la Fonderie, sont capables d’absorber de grandes quantités d’énergie et de supporter des efforts de flexion importants tout en ayant une masse réduite. Un atout qui en fait un matériau de choix pour les crash-box.

Absorbant les chocs tout en maintenant un niveau d’accélération tolérable pour les personnes accidentées, les mousses assurent leur fonction quelque soit la direction du choc, contrairement à la plupart des crash-box actuels. Réduction de la consommation énergétique, gain en masse et amélioration de la sécurité, telles sont les exigences qui ont contribué à l’émergence de ces nouveaux matériaux. Les mousses métalliques comptent depuis 5 ans parmi les axes de recherche du CTIF.

Deux procédés de fabrication ont ainsi été développés, dont l’un en collaboration avec l’Ecole Centrale de Lille. Ils se basent sur la technique dite d’infiltration, proche des techniques conventionnelles de fonderie, dans laquelle une préforme, sorte de noyau poreux, est infiltrée par du métal liquide. Le premier procédé permet de fabriquer des mousses dont la répartition des porosités est aléatoire, tandis que le second aboutit à une mousse dont la structure est périodique. Tous deux permettent de réaliser des pièces aux formes complexes et avec peau, ce qui les démarque avantageusement des autres techniques de fabrication de mousses. Les deux procédés se veulent complémentaires pour aboutir à la solution la plus pertinente et économique, le choix final reposant sur la prise en compte de la forme, de la taille et de la fonctionnalité de la pièce.

Cette technologie a été désignée Lauréat des Trophées Midest 2009 dans la catégorie Innovation.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page