5 mai 2010

BASF simplifie les dispositifs de post-traitement des Diesel

BASF a présenté sur le concept car Hyundai i-flow une nouvelle voie de post-dépollution des moteurs Diesel, un système à la fois plus léger, moins complexe et potentiellement moins onéreux. L’intérêt de l’innovation est de combiner 4 systèmes de dépollution – le catalyseur DeNox (LNT, lean-NOx trap), le catalyseur à oxydation (DOC), le filtre à particules (FAP) et le système de réduction catalytique sélective SCR – en seulement deux dispositifs : un DOC/LNT avec substrat recouvert de métaux précieux et un catalyseur SCR intégré dans le substrat du FAP.

Selon Dr. Marius Vaarkamp, responsable des produits de catalyse mobile chez BASF : « Ce concept simplifie fortement l’intégration des post-traitements sous le châssis et réduit le poids global ».

Le catalyseur DOC/LNT est un monolithe en céramique avec un revêtement catalyseur. Il retient les NOx lors des combustions pauvres et les relâche lors des séquences en combustion riche pour fournir du N2 (diazote). Du NH3 (ammoniaque) est généré dans le DOC/LNT et utilisé par le catalyseur SCR pour retirer les excès de NOx alors que le FAP traite les suies grâce à monolithe en céramique à effet de parois.

L’innovation n’est pas seulement dans la capacité à intégrer plusieurs systèmes, elle se retrouve également dans la possibilité du LNT de traiter les NOx et de générer de l’ammoniaque en quantité suffisante pour que le catalyseur SCR puisse fonctionner correctement. Notons que des systèmes de génération d’ammoniaques ont déjà été présentés par Honda et Ford.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page