17 octobre 2010

2me génération BMW de la conduite automatique dans le garage

Le 4 septembre 2006, nous vous présentions une fonction de stationnement automatique d’une voiture dans un garage sans conducteur à bord en cours de développement chez BMW. L’intérêt est de pouvoir utiliser un garage si étroit qu’un conducteur pourrait à peine entrouvrir sa porte. La voiture prototype était pour cela équipée d’une caméra vidéo placée en haut de pare-brise et le mur du fond du garage devait disposer d’un réflecteur.

Si le système n’est toujours pas commercialisé, le constructeur de Munich vient de présenter une version évoluée plus proche de l’industrialisation. En effet, il n’est plus nécessaire d’avoir recours aux éléments décrits ci-dessus, seuls les 8 capteurs ultrasons déjà en place pour l’aide au stationnement sont employés, plus deux autres à l’avant de chaque côté. Le coût de production de la fonction deviendrait alors abordable.

L’opération de stationnement est activée par une séquence de touches à composer dans un laps de temps défini. Le conducteur doit se trouver à proximité immédiate du véhicule. Le déclenchement de l’opération entraîne, tout d’abord, le verrouillage du véhicule, puis l’activation de l’assistant de stationnement et des feux de croisement ainsi que le rabattement des rétroviseurs extérieurs. Avec une pression continue sur la touche de la clé de contact, le conducteur lance alors le début de l’opération. Le système gère les commandes du GMP, le freinage et la direction. Le véhicule entre progressivement en marche avant à une vitesse d’environ 2 km/h dans le garage et se positionne parallèlement aux murs et à distance égale de ceux-ci. Lorsqu’un obstacle apparaît, les capteurs provoquent un arrêt automatique du véhicule et les feux de détresse s’enclenchent pour signaler au conducteur qu’un arrêt d’urgence vient de se produire. Si rien n’obstrue sa trajectoire, le véhicule accomplit le stationnement : il arrête la voiture à 25 cm du mur, passe la position «P» de la boîte de vitesses et coupe le moteur. BMW a également pensé à la sortie du véhicule du garage (!) : il suffit de composer la même séquence de touches que pour l’opération de stationnement. Une fois la procédure déclenchée par le conducteur, le véhicule sort automatiquement du garage en marche arrière. À nouveau, les capteurs surveillent la zone autour du véhicule et le conducteur doit être à proximité immédiate du garage pour contrôler toute l’opération.

L’ingénieur en charge de cette présentation nous indique que la voiture doit être équipée d’une boîte automatique et qu’une boîte à double embrayage n’est pas compatible car ces derniers pourraient surchauffer. Le trajet autorisé en fonctionnement autonome est également limité à quelques mètres et dépend de la longueur du véhicule (7 mètres pour la BMW Série 5 prototype).

Aucune date de commercialisation n’est pour le moment annoncée. La barrière actuelle est plutôt d’ordre juridique liée au fonctionnement autonome du véhicule. En effet, jusqu’à présent, de nombreux pays interdisent le démarrage du moteur depuis l’extérieur ou la conduite automatisée sans conducteur à bord.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page