16 novembre 2010

Pare-brise antigivre chez Volkswagen

Bientôt l’hiver et le pare-brise à gratter avant de prendre la route. Afin de parer à cette besogne, Volkswagen, Audi et l’Institut de technologie des surfaces Fraunhofer à Braunschweig (Allemagne) travaillent sur un pare-brise qui repousse la formation du givre jusqu’à des températures de -18°C. La surface extérieure du pare-brise est recouverte pour cela d’une fine couche d'oxyde d'indium et d'étain.

Comparaison sans et avec technologie Low-E

« C’est un revêtement à faible émissivité thermique (Low-E). Appliqué sur le vitrage extérieur, il empêche le rayonnement de la chaleur vers le ciel », explique Thomas Drescher de Volkswagen. Le Low-E (low thermal emissivity) limite le refroidissement du verre en retenant une partie de la chaleur relative du rayonnement afin que l'eau ne se condense pas ou gèle sur la surface extérieure. Les performances sont cependant dépendantes des conditions météorologiques comme l’obscurité, l'humidité et le vent.

Un des problématiques à leur stade de développement est que ce nouveau revêtement isole les ondes radio dans l’habitacle, ce qui peut nuire à la réception des téléphones mobiles. Drescher : « Il faudra un certain temps avant que le pare-brise antigivre soit prêt à une commercialisation, mais nous travaillons intensément pour atteindre cet objectif ». En attendant cette technologie, d’autres systèmes sont disponibles, mais avec en contrepartie une consommation d’énergie : des chauffages d'appoint et des pare-brises avant chauffants.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page