24 novembre 2010

Développement de la batterie lithium-ion végétale

L’accumulateur lithium-ion est actuellement le plus performant du marché, tant en terme de capacité de stockage que de puissance électrique. Si l’on place beaucoup d’espoir dans ce type de batterie, celles-ci utilisent pourtant des matériaux d’origine géologique à l’impact environnemental non négligeable. Deux équipes de recherches du CNRS, basées à l’Institut français sur le stockage de l’énergie à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens, mène conjointement un projet qui vise à produire un accumulateur lithium tout organique pour en faire, à terme, une réalité commercialisable.

L’idée des chercheurs consiste à introduire des matériaux organiques dérivés d’agro-ressources pour remplacer les matériaux non renouvelables. Cette opération sera accompagnée d’une recherche d’amélioration des performances du système et d’un bilan écologique de celui-ci pour réduire à minima son impact sur l’environnement depuis sa fabrication jusqu’à son recyclage. En fin de vie, la « batterie végétale » rejette le CO2 initialement fixé en donnant de la chaleur. Le lithium est, quant à lui, intégralement récupéré et revalorisé.

Haut de page