4 janvier 2011

Prétensionneur TRW plus léger et flexible

Prétensionneur SPR4 de TRW

TRW Automotive a présenté aux constructeurs son prétensionneur de ceinture de sécurité de nouvelle génération, qui offre des avantages en matière de poids et d’encombrement du boîtier. Le SPR4 (Snake Pretensioner Retractor) utilise un piston en matière plastique au lieu des composants métalliques conventionnels pour le transfert du couple de tension.

Lorsque les capteurs du véhicule déclenchent le système de ceinture de sécurité, un générateur de gaz pyrotechnique est mis à feu. Il produit un « gaz vert » qui se dilate et accroît la pression dans le tube de guidage. Cette pression agit sur le piston en forme de serpentin en plastique, lequel est énergiquement propulsé vers un pignon à la place des billes d'acier habituelles. Le pignon transmet alors un couple important à l'enrouleur du rétracteur de ceinture pour pré-tendre la ceinture de sécurité. L'ensemble du processus ne dure que quelques millisecondes.

Par rapport aux systèmes existants, cette nouvelle conception offre de nombreux avantages : La réduction de poids due à l'utilisation de matière plastique pour le serpentin, permet de générer la force de tension plus rapidement qu'avec les systèmes conventionnels. De plus, la souplesse d'amortissement du serpentin en plastique rend le pic initial lors de l'impact avec le pignon considérablement plus faible qu'habituellement, dans lesquels des éléments en acier entrent en collision l'un contre l'autre. Ceci réduit notablement l'usure des éléments du SPR4.

La conception du SPR4 offre aux constructeurs automobiles une plus grande flexibilité en termes de boîtier et d'espace puisqu'il n'est composé que de quatre éléments principaux : le piston, le générateur de gaz, le tube et le pignon. Le tube est courbé selon les dimensions du rétracteur, il n'exerce pas de contrainte sur la sangle de la ceinture de sécurité, ce qui aide à minimiser encore plus l'espace requis pour l'installation. Le nouveau SPR4 sera prêt à être produit au cours de l'année 2013.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page