10 juin 2011

Volvo développe un système de détection d’animaux sur la chaussée

Volvo Car Corporation développe actuellement un système qui alerte et déclenche un freinage automatique en cas de présence d’animaux sur la chaussée. Ce nouveau système repose sur les technologies mises en œuvre pour la Détection Piéton avec freinage automatique à pleine puissance introduite en 2010.

« Le système comporte deux éléments, un capteur radar et une caméra infrarouge, ayant pour finalité d’enregistrer les conditions de circulation », explique Andreas Eidehall, expert en systèmes de sécurité active chez Volvo Car Corporation. Il est indispensable que le système fonctionne également dans l’obscurité car la plupart des collisions avec le grand gibier se produisent à l’aube, au crépuscule et en période hivernale où les journées sont courtes. La caméra surveille la route en amont et, si un animal coupe le faisceau, le système envoie de signaux sonores d’alerte. En l’absence de réaction du conducteur, le freinage est automatiquement déclenché.

Dans un premier temps, le système interviendra pour les animaux de grande taille, tels qu’élans, daims ou rennes, qui risquent de blesser le conducteur ou les passagers lors d’un impact. L’un des défis était d’apprendre au système à reconnaître différents animaux afin que la forme repérée sur la chaussée soit réellement apparenté à un animal capable de provoquer des blessures aux occupants du véhicule. L’équipe de développement a dû enregistrer numériquement des séquences filmées d’animaux et leurs différents types de comportement. Par exemple, l’équipe s’est focalisée un soir sur les élans, les cerfs et les daims. En parcourant à allure réduite un sentier au bord duquel du fourrage avait été placé pour attirer les animaux, beaucoup de données furent recueillies qui serviraient par la suite à évaluer et développer le système de capteur.

Différentes technologies font actuellement l’objet d’évaluations, un logiciel est en cours de développement. Ce système sera commercialisé d’ici quelques années.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page