4 novembre 2011

Les avancements du StelLab de PSA

Une année après sa création, le groupe PSA Peugeot Citroën a tenu à présenter le niveau d’avancement de sa structure d’animation des partenariats scientifiques StelLab, Science Technologies Exploratory Lean Laboratory. Sa mission est de coordonner les OpenLabs, maillage de la recherche extérieure, et de créer un réseau interdisciplinaire d’échanges et de dialogue entre scientifiques et experts du constructeur. L’objectif de cette organisation est d’identifier et de développer les nouvelles technologies et innovations du véhicule du futur.

Le Hub, lieu d’animation et de mise en réseau de l’ensemble des doctorants, ingénieurs chercheurs, scientifiques, et experts du Groupe, vient d’être inauguré. En son sein, les membres de la communauté StelLab dispose d’un espace dédié au pilotage des partenariats et à l’animation scientifique, de laboratoires de démonstration et d’expérimentation, d’un forum et d’un lieu de créativité.

6 OpenLabs sont actuellement en place :
- Automotive Motion Lab avec l’Institut de la Science et du Mouvement (ISM), Aix-Marseille Université et le CNRS
- Electronics and Systems for Automotive à Bordeaux avec le Laboratoire de l’Intégration du Matériau au Système (IMS)
- Energetics (Orléans)
- Materials & Processes (Metz)
- Fluidics (Poitiers)
- Computational Mechanics (Région parisienne)
Le programme se poursuivra en 2012, notamment à l’international où deux lettres d’intentions ont été signées avec l’Université de Tongji (Shanghai) sur les interfaces homme-machine et avec la PUC (Rio) sur les biocarburants.

Elément de banc capteur et banc mesure
compatibilité électromagnétique en champ proche à l’ISM

PSA a déjà dévoilé quelques projets avancés, tous brevetés, certains étant même qualifiés de « pépites ». Un amortisseur de vibrations réduit les résonnances du moteur ou des suspensions dans l’habitacle. Il s’agit en fait d’une masse secondaire qui coulisse sur la masse primaire (par exemple la caisse) pour absorber l’énergie. Le principal intérêt est sa capacité d’absorption avec un très faible poids grâce à son mouvement de grande amplitude. Autre projet, des jets d’air à l’extrémité du toit viennent perturber l’écoulement aérodynamique et ainsi diminuer la surface en dépression à l’arrière du véhicule. Une réduction de 7% de la traînée est attendue. Des jantes « turbine » devrait aussi apporter un gain en émission de CO2 de 0,5 g / km. Outre le contrôle actif, un système audio permet de positionner virtuellement une source dans l’espace ou de modifier la perception sonore du groupe motopropulseur. Des outils de visualisation sont aussi développés tels qu’un écran simulant le relief ou un affichage 3D suivant la position des yeux de l’opérateur.

Le StelLab travaille également sur des projets plus expérimentaux pour un horizon à 2020. Par exemple, l’Automotive Motion Lab étudie le mode de fonctionnement de la vision des mouches et des abeilles pour des applications en caméra. Le but est de développer une caméra performante et à prix compétitif capable de remplacer le radar dont le prix plancher restera trop élevé pour un emploi en masse.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page