9 mars 2012

Prototype Goodyear pour le maintien de la pression dans le pneu (AMT)

Le suivi de la pression du pneumatique a toujours posé problème auprès d’une partie des automobilistes. Un sous-gonflage remet pourtant en cause le niveau de sécurité du véhicule (de la dégradation de la tenue de route jusqu’à l’éclatement du pneu) et augmente la consommation. Un pneu ne pourra jamais être à 100% étanche car les molécules constituant l’air passe au travers du caoutchouc. La perte de pression peut ainsi naturellement atteindre 0,1 bar par mois. Goodyear précise que sur une voiture de tourisme neuve, des pneus gonflés en permanence à la bonne pression permettraient d'économiser chaque année environ 57 litres de carburant pour un coût d’environ 85 €.

Prototype AMT de Goodyear

Le prototype AMT de Goodyear (Air Maintenance Technology) est une solution de maintien de la pression recommandée sans l’aide d’une pompe externe, de systèmes électroniques ou de l'intervention du conducteur. Ce n’est pas cependant un système de gonflage, juste de maintien de la pression (débit insuffisant).

Le prototype exposé au salon de Genève 2012 est un démonstrateur. Un mini tube souple est intégré au dessus du talon sur une grande partie de la circonférence (en rouge sur la photo). Dans la zone de contact du pneu sur la route, la déformation des flancs pince le tube localement. Lors du roulage, ce pincement évolue sur la circonférence et crée une pompe volumétrique. L’extrémité du tube est relié à une vanne 3 voies. Si la pression est en-dessous à la valeur inférieure recommandée (au moins deux valeurs sont recommandées pour une voiture), le volume d’air pompé est envoyé dans le pneu, sinon l’air est évacué à l’extérieur.

L’objectif de la pompe est de fournir environ 0,1 bar en quelques jours de roulage. Le pneumatique exposé au salon n’est qu’un démonstrateur. La conception du produit final sera très différente car il n’y aura pas de tube ajouté dans le flanc (difficile à fabriquer en grande série) et pas de vanne 3 voies. Cette dernière fonction serait assurée par un système mieux intégré dans le pneu, mais de nombreux challenges devront être résolus : résistance aux vibrations et à la déformation du flanc, protection lors des montages/démontages, durabilité de la régulation de la pression, etc. Pour toutes ces raisons, Goodyear annonce que le système AMT est un projet à long terme et estime qu’il ne devrait pas être commercialisé avant la fin de la décennie. Toutefois, les subventions accordées par les gouvernements américains et luxembourgeois vont permettre d’accélérer le développement de cette technologie.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page