31 août 2012

La détermination de la somnolence par Aisin Seki

Aisin Seki a mis au point un dispositif de mesure et d’identification du comportement des paupières qui détecte la somnolence des conducteurs. Il utilise une série de variables telles que la vitesse et la fréquence de clignotement et la position moyenne des paupières.

Les facteurs physiologiques qui peuvent indiquer la somnolence comprennent le mouvement des paupières, le battement des pupilles, la fréquence cardiaque et une certaine activité de la peau. Aisin Seki est convaincu que la surveillance des mouvements des paupières est une approche prometteuse pour détecter la somnolence avant qu’elle ne devienne un danger. Cependant, les résultats issus des tests en simulateurs de conduite comprennent des effets qui ne sont pas toujours présents dans les circonstances réelles, comme la maladie et une plus grande tendance à la somnolence due à des niveaux inférieurs de stress dans un simulateur. Pour ces raisons, Aisin Seki a réalisé des tests réels en voiture afin de fiabiliser le dispositif de surveillance.

La détermination de la somnolence par Aisin Seki

Neuf pilotes d'essai ont pris part à l'évaluation, chacun accompagné par un observateur et un opérateur. Ils ont roulé à une vitesse constante de 60 km/h pendant 80 minutes ou jusqu'au moment où l'observateur a jugé qu'ils n'étaient plus en état de conduire.

Les équipements de surveillance ont récupéré les données de mouvement des paupières à partir d'images vidéo du visage du conducteur (30 images par seconde). 8 valeurs ont été enregistrées: les intervalles moyens de clignotement, la durée moyenne de fermeture des paupières, la durée maximale moyenne de fermeture des paupières, la fréquence des clignotements, la vitesse moyenne de fermeture et d'ouverture des paupières, la position moyenne des paupières et la durée intégrée de fermeture des paupières. Ces valeurs ont ensuite été utilisées pour identifier cinq niveaux de somnolence.

Aisin Seki a également identifié d'autres symptômes comportementaux qui indiquent des lacunes de conduite en faisant un lien entre le mouvement des yeux et le manque de concentration des conducteurs lors des simulations de conduite. Des mouvements lents des yeux et des mouvements rapides de l'angle de vergence, qui mesure le point focal de la ligne de visée de chaque œil, ont tous deux précédé des incidents comme une dérive de la trajectoire du véhicule ou une augmentation du temps de réaction du conducteur.

Haut de page