13 septembre 2012

Nouvelle Renault Clio avec moteur 3 cylindres TCe 90

Renault TCe 90

La nouvelle Renault Clio sera l’une des vedettes du prochain salon de Paris. La 4ème génération de ce modèle lancera également le moteur essence 3 cylindres TCe 90, remplaçant de l’actuel TCe 100. Ce 898 cm3 turbocompressé développe 66 kW (90 ch) à 5250 tr/min et un couple de 135 Nm à 2500 tr/min, 90% étant disponible dès 1650 tr/min. Sur le plan de la technologie, nous notons l’utilisation un turbocompresseur à très faible inertie (la plus faible du marché selon le constructeur) et une distribution variable à l’admission.

Les frottements ont été réduits au niveau de la chaîne de distribution (revêtement Teflon®), ainsi que par l’emploi du revêtement DLC (Diamond Like Carbon) sur les poussoirs, du graphite sur les jupes de pistons et d’une technique PVD (Physical Vapor Deposition) sur les segments. La gestion thermique permet un gain en temps de 15% en moyenne pour monter en température et atteindre la zone optimale de fonctionnement moteur. Une pompe à huile à cylindrée variable diminue la puissance absorbée. La consommation NEDC est de 4,3 l/100 km et les émissions de 99 g CO2/km, soit une baisse de 21% par rapport au TCe 100.

La dernière version du 1.5 dCi est aussi proposée. Ce quatre cylindres diesel délivre 66 kW (90 ch) à 4000 tr/min et un couple de 220 Nm disponible dès 1750 tr/min, soit un gain de 20 Nm par rapport au dCi 90 actuel. La consommation du modèle optimisé, avec des rapports de boîte allongés, est de 3,2 litres/100 km (83 g CO2/km). Bernard Paintendre, directeur Gamme Technique Adjoint détaille les améliorations réalisés : « Le progrès enregistré avec nouvelle Clio équipée du moteur Energy 1.5 dCi en consommation et émissions de CO2 est de près de 30% par rapport à la version équivalente de Clio III à sa sortie en 2005. Pour fixer les idées : 60 % du gain est attribuable au moteur, 40 % au reste du véhicule. Nous avons travaillé à la réduction de la masse, l’amélioration de l’aérodynamique et des frottements et la récupération d’énergie au freinage. Cette dernière représente près de 18 % du gain total, en favorisant la production d’électricité lors des phases de décélération, c’est-à-dire au moment où le moteur ne consomme pas de carburant ».l

Renault Clio IV

À l’instar de quelques BMW ou de la récente Honda Civic, la Clio IV est dotée de volets pilotés situés devant le radiateur afin d’optimiser en permanence l’aérodynamisme du véhicule selon le besoin en refroidissement. En conduite normale sur route ou autoroute, la fermeture des volets interrompt l’écoulement d’air à travers le radiateur, générant une économie de carburant de l’ordre de 0,1 l/100 km à 130 km/h stabilisés. Probablement combiné à d’autres éléments, le SCx est de 0,670 au lieu de 0,744 pour le modèle d’entrée de gamme qui n’en dispose pas.

Enfin, pour le plaisir du conducteur, l’application « r-sound effect » permet d’ajouter une ambiance sonore moteur dans l’habitacle. Cette application diffuse par les haut-parleurs le son caractéristique d’un moteur autre que celui de la voiture, en corrélation avec la vitesse et l’accélération. 6 ambiances moteurs sont disponibles d’un clic sur l’écran. L’algorithme de gestion du son intègre le régime moteur, la position de la pédale d’accélérateur et la vitesse du véhicule.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page