25 septembre 2012

Nouvelle Toyota iQ électrique

Toyota présentera au Mondial de l’automobile la version électrique de l’iQ dont l’autonomie est de 85 km sur un cycle NEDC. Son groupe motopropulseur réunit un moteur électrique/générateur refroidi par air délivrant 47 kW (64 ch) et 163 Nm, un bloc batterie à 150 éléments de 12 kWh sous 277,5 V, un chargeur de batterie de 3 kW refroidi par eau, un onduleur, un convertisseur CC/CC ainsi qu’un boîtier de démultiplication à train épicycloïdal. Le moteur, la transmission et le différentiel sont logés dans un ensemble offrant un centre de gravité bas. La Toyota iQ EV passe de 0 à 100 km/h en 14,0 secondes et sa vitesse de pointe est de 125 km/h.

La batterie lithium-ion est de forme plate pour pouvoir être installée à l’intérieur d’un berceau en acier à haute résistance, sous le plancher de l’habitacle. Grâce à l’emploi de tôle d’acier à haute limite d’élasticité, la Toyota iQ EV ne pèse que 125 kg de plus que son homologue classique (1,3 litre, CVT). Cette moindre capacité de la batterie se traduit par une recharge plus rapide : seulement 3 heures environ pour une charge complète, et 15 minutes avec un dispositif de charge rapide pour atteindre 80 % de charge.

L’efficacité énergétique a été l’objectif premier du développement, axé sur un allègement de la structure et une consommation électrique minime. Etant donné que la climatisation consomme un très fort pourcentage du courant total fourni par la batterie, l’iQ EV possède un système d’air conditionné à pompe à chaleur associé de série à des sièges réchauffant directement les occupants, ainsi qu’un nouveau système de dégivrage du pare-brise indépendant de la climatisation. Un capteur d’humidité monté sur le pare-brise aide le système à doser le mélange air intérieur/extérieur pour minimiser l’embuage. La nouvelle mini-citadine électrique bénéficie en outre d’une commande à distance de la climatisation, déclenchable par télécommande lorsque la voiture est branchée et en charge.

De nombreuses évolutions aérodynamiques renforcent l’efficacité énergétique de l’iQ électrique. À l’avant, les ouvertures de calandre se réduisent au strict minimum, le haut du capot change de forme pour optimiser l’écoulement d’air frontal et la moulure des montants de pare-brise s’élargit. À l’arrière, le bord du pavillon s’incline tandis que la forme des montants, des moulures et des vitres de custode favorise la division du flux d’air entre le sommet et les flancs de la voiture. Les passages de roues avant adoptent une découpe aérodynamique et des déflecteurs de roue s’ajoutent en trois endroits. Enfin, la présence de carénages et le fond lisse de la batterie créent un soubassement plan.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page