17 octobre 2012

Compresseur électrique en test chez Audi

Audi teste actuellement un moteur V6 3.0 TDI doté d’un compresseur à entraînement électrique en complément du turbocompresseur conventionnel fonctionnant avec les gaz d’échappement. Son intérêt est d’apporter une suralimentation plus rapidement à très bas régime et en cas d’accélération prompte, une zone d’utilisation où le turbocompresseur manque d’énergie.

Compresseur électrique en test chez Audi

Ce compresseur électrique est placé après le turbo et le radiateur intercooler et son entrée en action est combinée à l’ouverture d’un volet by-pass placé en amont. Lorsque le turbo ne peut pas répondre à la demande de pression, le by-pass ouvre le circuit secondaire et le compresseur électrique apporte le complément de pression. L’air compressé n’est pas refroidi mais ce fonctionnement est momentané.

L’énergie électrique est puisée du système de récupération d’énergie cinétique, ce qui impose la présence d’une batterie de plus grande capacité que celle utilisée couramment par les voitures diesel. L’application de cette technologie serait évidemment plus aisée dans une propulsion hybride électrique. Un emploi en suralimentation à deux étages est également possible avec une plus grande capacité électrique, ce qui permettrait d’augmenter la pression tout en conservant plus de chaleur à l’échappement pour les post-traitements des gaz.

Le compresseur de suralimentation à entraînement électrique est par exemple proposé par Valeo qui annonce un gain en consommation de 20% lorsqu’il est couplé à un système de récupération d’énergie.



  Yvonnick Gazeau

Haut de page