13 mars 2013

Volkswagen a choisi la climatisation au R744 au dépend de celle au R1234yf

Suite à l’interdiction depuis le 1er janvier dernier sur les nouvelle homologations en Europe des systèmes de climatisation à base de gaz à effet de serre fluorés dont le potentiel de réchauffement planétaire (PRP) est supérieur à 150, l’industrie automobile semblait se diriger exclusivement vers le nouveau gaz R1234yf. Une seule voix discordante s’était fait entendre, celle de Daimler qui estime que le risque d’inflammation serait réel en cas d’accident selon les tests supplémentaires qu’ils ont réalisés. Le SAE International Cooperative Research Project a cependant répondu que la probabilité d’inflammation de ce fluide frigorigène lors d’une décharge accidentelle est extrêmement faible.

Le groupe Volkswagen vient d’annoncer qu’il a décidé de prendre la deuxième solution : celle du R744 à base de dioxyde de carbone (CO2). Cette technologie offre l’avantage de proposer un PRP de seulement 1, soit la valeur la plus basse. Son rendement isentropique supérieur devrait également permettre de réduire la consommation additionnelle lors du fonctionnement du compresseur. En contrepartie, une climatisation au CO2 impose des modifications profondes des composants du circuit, notamment une pression de 120 à 140 bars au lieu des 12 à 15 bars, ce qui augmente considérablement les coûts. En outre, les premiers prototypes étaient bruyants.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page