24 juin 2013

Renault se dote d’un nouveau simulateur 3D interactif immersif au Technocentre

Dans le cadre de sa stratégie de validation numérique, l’ingénierie Renault en France est équipé depuis avril dernier d’un nouveau moyen de visualisation 3D interactif immersif pourvue, selon le constructeur, de la meilleure qualité de restitution existant à ce jour. Installé au Technocentre Renault, ce nouveau simulateur permet d’observer et d’interagir avec un véhicule numérique depuis son intérieur ou son extérieur. Il est doté de la technologie CAVE™ (Cave Automatic Virtual Environment) de 70 millions pixels 3D et d’une importante puissance de calcul, de plusieurs dizaines de Teraflops. Ses cinq faces (trois côtés, le sol et le ciel) affichent une définition de 4096 x 4096 pixels 3D par face. Fonctionnant à 60 Hz, le simulateur doit calculer 19 nouvelles images (il y a 19 projecteurs) toutes les 16 millisecondes.

Ce nouveau moyen de simulation, réalisé par la société Mechdyne, permet de visualiser un véhicule à l’échelle 1 et de l’analyser en temps réel dans tous les détails grâce aux bases de données numériques issues du design et de l’ingénierie. Son objectif est de contribuer à l’amélioration permanente de la qualité perçue et de l’ergonomie des futurs véhicules Renault. « Grâce à ce nouveau simulateur, les ingénieurs et concepteurs des futurs véhicules Renault peuvent s’asseoir au volant d’un nouveau modèle en cours de développement, et rouler avec lui, le tout en 3D et avec un niveau de réalisme visuel extrêmement poussé, inédit dans l’univers automobile » explique Andras Kemeny, responsable du Centre de Réalité Virtuelle et Immersive.

Différents cas d’utilisation ont déjà été identifiés par les métiers de l’ingénierie ou du design:
  • validation intérieur et extérieur d’un véhicule selon le plan de référence dans des délais très courts, jugement de la vision avant et arrière dans la voiture,
  • vérification de l’aspect du véhicule avec un rendu réaliste à l’extérieur et à l’intérieur du véhicule,
  • visualisation des aménagements et prestations client dans le poste de conduite,
  • évaluation de l’atteignabilité sur le poste de conduite,
  • visualisation et animation des interfaces homme-machine,
  • évaluation subjective des véhicules pour établir des profils sensoriels et évaluations clients,
  • navigation dans l’infiniment petit (effet d’échelle) pour observer l’assemblage des petits composants.
Le simulateur a également pour ambition de reproduire un grand nombre de sens afin d’augmenter le réalisme du scénario de simulation. Exemples de développements en cours afin d’enrichir la sensation d’immersion :
  • le toucher, pour une meilleure perception de l’espace et pour vérifier l’atteignabilité de certains éléments dans la voiture,
  • le bruit, pour reproduire des dispositifs d’alerte et de restituer des informations sur les collisions, le bruit du trafic, l’état de la route ou le bruit du moteur,
  • les vibrations sous le siège, pour ressentir les effets d’une conduite sur route pavée ou route mouillée par exemple.

Haut de page