9 août 2013

Les derniers détails techniques de la BMW i3

Les derniers détails de la nouvelle BMW i3 à propulsion électrique viennent d’être présentés par le constructeur. Rappelons que ce modèle est particulièrement novateur, à commencer par la construction de son châssis, un habitacle en fibres de carbone PRFC vissé et collé sur un faux-châssis en aluminium (voir notre dossier L’ambitieux projet voiture électrique de BMW). La BMW i3 ne pèse ainsi 1195 kg, soit pas plus lourd qu’une voiture comparable à motorisation thermique. La coque se caractérise également par des portes antagonistes et par l’absence des montants centraux, ainsi que par un plancher sans tunnel.


Le moteur est de type synchrone à aimants permanents, mais l’agencement et le dimensionnement spécifiques des aimants et des bobines ajoutent un effet d’auto-aimantation qu’on ne trouverait normalement que sur les moteurs dits à réluctance. Cette excitation supplémentaire génère un champ électromagnétique stable, même aux régimes moteur élevés. Le régime maximal du moteur est de 11’400 tr/min.

Les motoristes ont programmé la récupération d’énergie cinétique en mode « mono pédale » : la puissance de récupération est asservie à la vitesse, si bien qu’à vitesse élevée, la voiture avance sans couple résistant, alors qu’à basse vitesse elle atteint un effet de freinage élevé. En ville, une conduite anticipative permet de gérer quelque 75% de toutes les décélérations sans toucher à la pédale de frein. Lorsqu’un seuil de décélération est dépassé, les feux stop s’allument. Le système de freinage conventionnel n’intervient que lorsque le conducteur demande une puissance de freinage supérieure en actionnant la pédale de frein. Sur la BMW i3, la pédale d’accélérateur dispose d’une « position neutre » prononcée, dans laquelle la voiture ne passe pas en mode de récupération d’énergie dès que le conducteur lève le pied, mais annule le couple de la machine électrique.

L’accumulateur lithium-ion confère à la BMW i3 une autonomie atteignant 190 km en cycle NEDC. En mode ECO PRO, l’autonomie peut être majorée de quelque 20 km supplémentaires et d’autant en mode ECO PRO+. Sur demande, la BMW i3 peut aussi être équipée d’un prolongateur d’autonomie (range extender) qui, dès que la charge de la batterie descend à une valeur prédéfinie, la maintient à un niveau constant pendant le trajet. Cette fonction est assurée par un bicylindre essence d’une cylindrée de 650 cm3 délivrant une puissance de 25 kW (34 ch) à 4300 tr/min. Le moteur est logé directement à côté du moteur électrique au-dessus de l’essieu arrière. L’autonomie est ainsi accrue d’environ 100 km pour un réservoir de 9 litres. En contrepartie, le poids est augmenté de 120 kg et l’autonomie en électrique seul perd 20 km. La batterie, composée de 8 modules de 12 cellules chacun, délivre environ 22 kWh sous 360 volts. Son refroidissement est assuré par un liquide frigorigène du système de climatisation.

Parmi les équipements ADAS disponibles, le système de stationnement entièrement automatique « Park Assist » ne gère pas seulement le braquage du volant, mais aussi la commande de l’accélérateur, du frein et de la sélection du rapport pour insérer la BMW i3 de manière entièrement autonome dans un créneau parallèle à la route. Le conducteur pourra aussi utiliser une conduite automatique en embouteillage.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page