8 novembre 2013

La propulsion électrique est-elle la « solution miracle » pour la réduction du CO2 ?

Lors de la récente conférence automobile Cleantech à Londres, le PDG de Torotrak, Jeremy Deering, a regretté que l'industrie automobile prenne une mauvaise orientation en déterminant les niveaux d’émissions de CO2 uniquement sur des mesures à l'échappement. Ciblant la propulsion électrique, Deering souhaiterait une approche plus équilibrée qui reconnaît les émissions sur le cycle complet du produit.

« Les véhicules électriques peuvent émettre plus de CO2 qu'un véhicule équivalent équipé d'un moteur à combustion interne efficace lorsque les émissions sont mesurées sur le cycle complet du produit, mais la réglementation en vigueur ne reconnait pas ce fait » a expliqué Deering. « Le résultat est que les solutions électriques sont présentées comme zéro-émission et attirent des investissements énormes au dépend de solutions potentiellement plus efficaces et plus courts termes. Pour les 15 prochaines années, la contribution totale à la réduction de CO2 à partir de la technologie full hybrid électrique sera insuffisante par rapport aux réductions globales nécessaires ».

Deering admet les progrès réalisés dans le stockage de l'énergie grâce à la technologie avancée des batteries. « Cependant, un palier important a été franchi avec le stockage mécanique utilisant des volants d’inertie tournant à grande vitesse. Ce système existe et fonctionne ». Deering souhaite rappeler les avantages en termes d’efficacité, de compacité et de coût de cette technologie comparée à l’alternative électrique coûteuse, lourde et volumineuse.

Projet volant d’inertie Volvo

Abordant la question des délais longs pour l'introduction de la technologie, Deering a déclaré à la conférence que des améliorations pourraient être apportées par les législateurs et les ingénieurs. Les législateurs devraient garantir la stabilité des règlements avec, lorsque cela est possible, un cadrage à long terme annoncé bien à l'avance et harmonisé pour l'ensemble des marchés: le cycle mondial de mesure WLTP planifié pour 2017 est une étape bienvenue dans cette direction.

Dans sa conclusion, Deering exhorte à nouveau les gouvernements à abandonner leur promotion sur la technologie électrique comme une « solution miracle » en faveur d'une approche plus diversifiée, avec des fonds alloués uniquement aux solutions les plus prometteuses. « Un avenir à faible émission de carbone est plus susceptible d'être atteint par la diversité des meilleures solutions d'ingénierie que par la conviction qu’une seule voie d’avenir émergera ».

  Yvonnick Gazeau

Haut de page