18 novembre 2013

Nouveau banc d’évaluation rapide des rejets d’huile dans un circuit d’air

Sur les véhicules lourds, le compresseur est un organe qui conditionne le circuit d’air comprimé intervenant dans de nombreuses fonctions de sécurité (freinage, hauteur de caisse, actionneurs divers, etc.). Cependant, l’air comprimé contient une certaine quantité d’huile provenant du graissage. Ces rejets d’huile peuvent perturber les systèmes situés en aval et leur nature dépend de différents paramètres qui agissent sur le mode de transformation de cette huile au contact des parois internes du compresseur.

Exemple de filtre après 30 minutes
de fonctionnement. En jaune les dépôts d’huile,
en noir les particules de calamine.

Sous forme de brouillard d’aérosol et de vapeur, une partie de cette huile se dépose sur les parois et se transforme en calamine, l’autre est entraînée vers la sortie (OCO pour Oil Carry Over), avec une partie de la calamine (CBU pour Carbon Build Up) qui se détache des parois.

La société lyonnaise CRMT (Centre de Recherche en Machine Thermique) a mis au point un banc de caractérisation qui permet d’évaluer les rejets dans un temps limité à 30 minutes pour l’huile, et 3 heures pour la calamine. L’avantage est donc considérable par rapport à la méthode de pesée du bain d’huile qui nécessite un cumul d’une centaine d’heures.

L’équipement est constitué d’un banc d’entraînement, d’un système de régulation de la température d’eau et d’huile, ainsi que d’un moyen d’enregistrement d’une vingtaine de paramètres. Pour les mesures de calamine, l’intégralité du débit d’air compresseur passe à travers un filtre qui retient 96,4 % des particules de plus de 0,3 micron. La phase gazeuse du composant « HC » est identifiée avec un analyseur FID de type couramment employé en mesure de gaz d’échappement moteur, tandis que la phase aérosol est collectée sur un filtre régulé à 52 °C.

L’outil est particulièrement adapté pour les études paramétriques, et généralement dans la phase développement, tant côté fournisseur qu’utilisateur.

L’implémentation sur véhicule est envisagée. Elle offrirait notamment la possibilité de tests en situation réelle.

Principe de mesure des OCO

Principe de mesure des CBU



  Yvonnick Gazeau

Haut de page