29 janvier 2014

Renault, l’École Centrale de Nantes et LMS, A Siemens Business lancent une Chaire industrielle internationale

L’École Centrale de Nantes, Renault et LMS, A Siemens Business lancent une Chaire industrielle internationale dédiée à la recherche sur les nouvelles technologies des moteurs à combustion.

Les travaux de recherche menés au titre de la Chaire consisteront à faire progresser les connaissances dans le domaine de la modélisation système pour le contrôle et la mise au point des moteurs à combustion interne de Renault. Cette Chaire va également permettre de conforter l'alignement des enseignements dispensés aux futurs ingénieurs avec les projets industriels actuels et à venir.

Pour Rémi Bastien, directeur de l’Innovation et de la Recherche Renault, « l’enjeu de cette Chaire est une meilleure maîtrise du processus d'exploration des futures technologies de groupe moto-propulseur, de contrôle et de mise au point de nos moteurs et le développement de la simulation numérique dans un contexte de réduction permanente des émissions de CO2. ».

Arnaud Poitou, directeur de l’Ecole Centrale de Nantes, quant à lui précise « Centrale Nantes est très fière de contribuer à l’innovation d’un grand groupe industriel français tel que Renault. Le développement de l’innovation et la participation au développement économique sont deux missions fortes de Centrale Nantes. »

« Pour LMS, A Siemens Business, l’enjeu de cette Chaire est une meilleure adaptation de nos outils de simulation 1D LMS Imagine.Lab AMESim aux processus de développement du contrôle moteur. Cette Chaire permet de renforcer le développement de notre offre de simulation moteur, en complément d’autres partenariats » précise Jan Leuridan, Président de LMS, A Siemens Business.

Pascal Chesse, professeur, titulaire de cette nouvelle Chaire industrielle d’enseignement et de recherche précise « Cette Chaire regroupe des capacités de haut niveau en simulation et en caractérisation expérimentale. C’est cette dualité numérique/expérimentation qui est la plus grande plus-value de cette Chaire et qui conduira à des innovations majeures dans le contrôle et la mise au point des moteurs. » Par ailleurs, cette Chaire permet à l'équipe TSM – Thermodynamique des Systèmes Moteurs - de démultiplier ses capacités de recherche dans son domaine d’expertise : la modélisation système des processus énergétiques complexes. « Il s’agit de baser de plus en plus le contenu et la mise au point des moteurs sur un moteur numérique. Ce moteur numérique se base sur l’approche système de simulation. C’est la calibration numérique qui va permettre de gagner du temps et du budget dans la mise au point du calculateur électronique du moteur. L’innovation ne porte pas sur l’innovation moteur mais sur la totalité des gains que l’on peut obtenir en raccourcissant le temps industriel. »

Quatre thèses de doctorat ont déjà été engagées dans le cadre de cette Chaire industrielle, qui comprend un potentiel total de 6 à 7 thèses. Les sujets des thèses d’ores et déjà en cours sont :
  • la modélisation des émissions polluantes
  • l'extrapolation des champs de fonctionnement des turbines de suralimentation
  • l'amélioration des modèles de calcul du remplissage cylindre
  • la dilution du carburant dans l'huile de lubrification
Par ailleurs, l'équipe de recherche « Thermo dynamique des systèmes moteurs » du Laboratoire d'Hydrodynamique Energétique et Environnement Atmosphérique (LHEEA) de l'Ecole Centrale de Nantes dédiée à la Chaire travaille selon quatre axes principaux :
  • la suralimentation des moteurs (les turbos)
  • la boucle d'air (circuit d'admission d'air et d'échappement)
  • les groupes motopropulseurs innovants
  • la combustion dans les moteurs
Cette équipe de recherche travaille aussi bien sur les aspects de simulation numérique que sur les aspects expérimentaux à partir des moyens d'essais dont elle dispose.

D’une durée de 5 ans, la Chaire bénéficie d’un budget de 4,5 millions d’euros.

Haut de page