21 mars 2014

Le Shell Eco-marathon Europe 2014 revient à Rotterdam du 15 au 18 mai

Du 15 au 18 mai, 200 équipes et 3000 étudiants de 26 pays participeront à la 30ème édition du Shell Eco-marathon Europe, sous le regard de près de 50’000 visiteurs. Les équipes feront concourir des véhicules qu’elles ont conçus et construits pour tenter de battre de nouveaux records de performance énergétique. Elles devront pour cela achever le parcours sur le circuit urbain de Rotterdam en consommant le moins d’énergie possible.

Après ses débuts en France en 1985, cette compétition d’innovation dédiée à l’efficacité énergétique est aujourd’hui un événement d’envergure internationale qui a lieu chaque année dans trois régions du monde : Europe, Asie et Amériques. Elle réunit une communauté de milliers d’étudiants qui travaillent à des solutions concrètes et durables pour rendre le transport plus performant tout en réduisant l’impact environnemental.

57 équipes françaises feront le déplacement aux Pays-Bas pour rencontrer des étudiants venus de l’Europe entière. Depuis les débuts de la compétition, la participation d’équipes françaises a toujours été forte, certaines d’entre elles étant engagées depuis de nombreuses années. Lors de l’édition 2013, elles étaient déjà plusieurs à avoir brillé, comme l’équipe Microjoule-La Joliverie avec son Prototype à essence, l’équipe Pasquet Eco Motion et son Prototype à batterie électrique ou encore Polytech Nantes avec son UrbanConcept à hydrogène.

2014 est également l’année de l’élargissement du Shell Eco-marathon Europe au continent africain. Des équipes du Nigeria, du Maroc et de la Tunisie viendront relever le défi et affronteront leurs homologues européens.

A bord de leurs véhicules aux performances énergétiques inégalées, les 200 équipes tenteront de battre de nouveaux records sur le circuit urbain de Rotterdam. Elles concourront dans deux catégories – Prototype et UrbanConcept – et pourront avoir recours à six types d’énergies : carburants à combustion interne – essence, diesel, éthanol et GTL (GTL Gas-To-Liquid : carburant liquide de synthèse produit à partir de gaz naturel) – et énergies électriques dans la catégorie E-mobility – piles à hydrogène et batteries. Des milliers d’heures de travail ont été nécessaires à la conception et à la construction de chacun des véhicules, les étudiants redoublant d’ingéniosité et de technique pour repousser les limites de l’efficacité énergétique.


Le circuit urbain de Rotterdam a été conçu pour offrir des conditions de conduite proches de la réalité et montrer comment des véhicules innovants pourraient se déplacer au cœur des villes. Chaque équipe devra donc développer une véritable stratégie de conduite en tenant compte des freinages, des accélérations, des prises de virages, afin de tirer le meilleur parti de son véhicule.

Lors de la compétition, chaque véhicule devra parcourir dix tours dans un temps maximum de 39 minutes et disposera de quatre tentatives. A chaque tentative, l’énergie consommée sera mesurée et extrapolée pour obtenir la distance qui serait parcourue avec un litre d’essence ou 1 KWh. Puis le meilleur résultat sera retenu. Dans chacune des 12 catégories, l’équipe gagnante sera celle qui aura fait concourir le véhicule ayant la meilleure performance énergétique par équivalence. En 2013, la performance la plus impressionnante, une fois extrapolée, équivalait à parcourir la distance séparant Rotterdam d’Athènes avec un seul litre de carburant.

En parallèle de la compétition, deux autres évènements auront lieu : le Powering Progress Together Forum et le Shell Energy Lab. Le premier réunira près de 500 leaders d’opinion, des représentants du monde des affaires, des ONG, des gouvernements locaux et des représentants de la société civile qui débattront du thème de la résilience dans un contexte urbain. Le Shell Energy Lab est quant à lui un centre d’expérimentation pour toute la famille qui conduira petits et grands sur les traces de l’avenir de l’énergie et de la mobilité du futur.

Haut de page