10 avril 2014

Les véhicules PSA vont communiquer avec les capacités polysensorielles de leurs occupants

Les équipements automobiles disponibles aujourd’hui proposent déjà des solutions qui prennent en compte des prestations de bien-être. PSA Peugeot Citroën a souhaité allé plus loin afin que l’automobile délivre une sensation de bien-être plus complète et surtout plus cohérente. Pascal Feuillard, directeur prospective et marketing stratégique chez PSA Peugeot-Citroën : « Nous voulons repositionner l’automobile dans l’évolution de la société et ainsi mieux répondre aux nouvelles attentes des clients, des attentes qui ne suivent pas des phénomènes de mode mais des tendances de fond ». Quatre enjeux – le confort, le temps, l’espace et la technologie – vont ainsi entrer en interaction au travers du concept Chrysalide.

Le concept Chrysalide consiste à synchroniser divers équipements du véhicule pour agir sur les sens. L’expérience se décline aujourd’hui en deux scénarios types, mais il est tout à fait possible d’imaginer de nombreuses autres expériences. Béatrice Daillant-Vasselin, chef de projet polysensoriel : « Le premier programme proposé accompagne le client qui a besoin d’un temps de pause : que ce soit en sortant du bureau et avant de reprendre la route par exemple, ou après avoir roulé longtemps et ayant besoin d’un moment de détente. C’est le scénario relaxant : à l’aide de son smartphone, le client a pu sélectionner l’option choisie et se dirige vers son véhicule. Là, une ambiance sonore apaisante l’enveloppe. L’environnement lumineux a été conçu pour prolonger ce moment de détente. Pendant que le siège, incliné à volonté, prodigue un massage, des fragrances développées avec des professionnels de la parfumerie française améliorent l’expérience bien-être. Le deuxième programme est énergisant et se déroule pendant que la voiture roule. Concrètement, une caméra placée au niveau du tableau de bord détecte la fatigue du client et lui propose, via l’écran tactile de navigation de son véhicule, d’initier le programme. Après confirmation, plusieurs stimulations sensorielles vont l’aider à retrouver une énergie positive : là aussi, une bande son accompagne la diffusion de fragrance dynamisante, un massage adéquat et une ambiance lumineuse vont accompagner le client qui retrouve alors de la sérénité ». La prestation de massage est par exemple différente pour ces deux programmes : en vague pour le premier et par points pour le second. La caméra utilisée est de type semi-infrarouge pour fonctionner autant par plein soleil que dans la nuit.

La spatialisation du son est une autre technologie qui accompagne le concept Chrysalide. À partir des deux hauts parleurs avant de la voiture, la source sonore est virtuellement déplacée dans l’habitacle : le son 3D est positionné, voire mis en mouvement, en cohérence avec le message ou avec l’emplacement auquel il se réfère. Par exemple, le système de navigation indique l’information « tournez à droite » depuis une source qui semble venir du pilier central de droite. L’information est ainsi plus intuitive, voire compréhensive plus rapidement pour les personnes qui hésitent entre la droite et la gauche. Il peut en être de même pour les clignotants, l’aide au stationnement, l’alerte de dépassement de voie ou une consigne de bouclage de ceinture pour un des passagers. Cette technologie utilise le mode de fonctionnement de notre système auditif : deux hauts parleurs envoient un son décalé et de puissance différente pour « tromper » nos oreilles qui placent alors la source sonore perçue dans une autre position que celles des hauts parleurs. Le décalage peut varier de 0,5 à 10 millisecondes (100 ms donnent l’effet d’un écho dans une grande salle). Cette technologie demande surtout du filtrage et de la mémoire numérique pour créer le décalage.

La qualité de l’air dans l’habitacle est également au programme. Si les filtres à charbons actifs qui traitent une majorité de gaz polluants et odeurs sont déjà commercialisés, le filtre Premium, avec une dose supérieure de charbons actifs et des niveaux de filtration plus poussés, arrête les particules PM2,5 (2,5 microns) comme les suies et les moisissures. À partir de 2016, le filtre Premium équipera en série les futurs véhicules Peugeot et Citroën des segments C et D, puis sera généralisé. Une centrale de dépollution « Pure Air » est aussi en développement, intégrée dans l’accoudoir. Dans un environnement très pollué, les odeurs, gaz polluants et composants organiques volatiles (COV) qui envahissent l’habitacle, sont traités par un système combiné de charbons actifs, de catalyseurs et de zéolithes (structures cristallines dans lesquelles quatre atomes d'oxygène enferment un atome de silicium ou d'aluminium). En cas de pollution soudaine, les charbons très réactifs absorbent les gaz rapidement. La catalyse permet de décomposer les molécules en des produits neutres (oxygène, azote ou gaz carbonique) ainsi laisser libre les microcavités. Les gaz encore présents seront adsorbés de manière définitive sur les zéolithes, celles-ci ayant une plus grosse capacité de rétention des gaz (en masse et en température). La centrale « Pure Air » renouvelle l’air de l’habitacle en 10 minutes et traite 99,97% des particules jusqu’à 3 microns. Il sera proposé dans un premier temps en Chine où l’air atteint régulièrement 6 fois la valeur limite fixée par l’OMS de 25 microgrammes/m3 (NB : l’habitacle est encore plus chargé en particules s’il y a un fumeur dans une véhicule non aérée).

Toutes ces technologies devraient apparaître dans les véhicules de PSA, et de façon combinée et cohérentes, à partir de 2016.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page