15 avril 2014

Le découpage adiabatique désormais à la portée de tous grâce au Cetim

La dernière phase du développement par le Cetim du découpage adiabatique est arrivée à sa fin avec une évolution conséquente de la conception de l’outillage pour atteindre une durée de vie industrielle. Objectif atteint pour le projet ITC-IDEA, lancé il y a trois ans, avec les partenaires industriels Adiapress, Sodel, Somica et Cartier Découpage-emboutissage, un partenaire universitaire, l’École centrale de Lyon, et le soutien financier de la région Rhône-Alpes.

Désormais mature, la technologie de découpage adiabatique de tôle à haute cadence et en grande série est accessible aux industriels. La phase de transfert est engagée avec une cession de la ligne Adia 7 – constituée d’un dérouleur, d’un redresseur, de l’amenage, d’une presse de 7 KJ - et un accompagnement à l’appropriation de cette technologie.

Ces avantages sont nombreux : une qualité géométrique du bord découpé proche du découpage fin, un engagement matière moins important (- 10 à - 15 %), pas de lubrification nécessaire pour découper, un outillage de conception plus légère que pour le découpage fin, une évacuation des pièces comme en découpage classique permettant des cadences plus élevées que le découpage fin et une capacité à découper des matériaux très durs (aciers trempés au Mn-B par exemple).

Les évolutions de l’outillage n’auraient pas été possibles sans l’instrumentation des outils de production, les tests de composants de l’outillage, l’apport de la simulation numérique et l’intégration de plusieurs solutions innovantes. Avec plus de 40’000 frappes sans intervention sur l’outillage, il s’agit d’une opportunité pour les industriels désireux de maîtriser un procédé innovant et permettant de produire des pièces plates, en grandes séries et à haute cadence, d’une épaisseur minimale de 2 à 3 mm et jusqu’à 8 mm dans des nuances très diverses.

Haut de page