18 septembre 2014

Michelin dévoile le futur du pneu faible résistance au roulement

Afin d’atteindre les objectifs du programme Véhicule 2 l/100 km, le Groupe Michelin pilote deux programmes spécifiques de R&D au sein de son Centre de Technologie, à Ladoux (France).

Le premier, portant le nom de BASYS (BASse hYStérèse) porte sur le choix des matériaux. A eux seuls, ils permettent d’obtenir une réduction de 0,2 à 0,3 litre aux 100 km et une diminution des émissions de CO2 de 4 g /km.

Le second consiste à concevoir un dimensionnement nouveau du pneu, il est haut et étroit (dit également « tall and narrow »). Ce choix de dimensionnement crée une rupture au service du design du véhicule, améliore l’aérodynamisme du pneu et réduit considérablement sa résistance au roulement. L’efficacité énergétique du véhicule s’en trouve ainsi fortement augmentée. Ce sont 2 grammes de CO2 qui ne sont pas émis à chaque km.

Selon Hervé Mousty, responsable de la recherche chez Michelin : « Ce dimensionnement du pneu va dans le sens d’une traînée aérodynamique et d’une résistance au roulement moindres. La masse est également abaissée en collaboration avec l’emploi de nouveaux matériaux. Toutes ses améliorations se font sans diminution des autres prestations. Par exemple, la capacité d’adhérence latérale sur sol sec sera maintenue grâce au développement d’une nouvelle bande de roulement ».

Le projet BASYS est mené en partenariat avec Solvay et LRCCP (Laboratoire de Recherches et de Contrôle du Caoutchouc et des Plastiques) et le second projet est mené en partenariat avec Renault, PSA, et ACE.

La résistance au roulement pour un pneu de voiture de tourisme était de 10 à 12 kg/t il y a une dizaine d’années, est aujourd’hui à environ 7 kg/t et devrait atteindre à moyen terme 5,5 à 6 kg/t.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page