23 septembre 2014

Démonstration de conduite autonome sur autoroute par TRW

Si la conduite totalement autonome n’est pas encore au stade de la commercialisation, cette aptitude est une réalité pour des cas d’utilisation bien encadrés tels que le stationnement automatique ou la conduite assistée dans les bouchons. L’équipementier TRW vient de présenter un prototype doté de la conduite autonome sur autoroute : à partir de 40 km/h, la voiture se maintient dans la voie et à distance du véhicule qui la précède.

C’est en fait « simplement » la fusion des fonctions de régulateur de vitesse adaptatif et de maintien dans la voie. Cette combinaison est d’autant plus facile sur autoroute que les voies sont clairement matérialisées par les marquages au sol et que les virages ne sont pas prononcés. Ce qui est intéressant dans ce prototype, c’est que le véhicule n’utilise que les deux capteurs couramment employés pour les deux fonctions citées précédemment : le radar AC1000 de TRW et la dernière génération du prototype de caméra. L’ensemble est combiné à la servo-direction électrique à entraînement par courroie (EPS BD, Electrically Powered Steering Belt Drive) et au contrôle électronique de stabilité EBC 460. La conduite autonome est possible dans ce cas restreint d’utilisation sans avoir recours à un capteur GPRS et à une multitude de radars et lasers.

L’essai a permis de constater que le prototype se maintient au centre de sa voie avec précision et freine ou accélère selon la présence de véhicules en avant. Si la fonction du radar semble robuste, celle de la caméra a montré une des limites connues qu’est la perte du repérage des voies si le marquage au sol est quelque peu effacé. Le conducteur doit alors reprendre rapidement la main alors qu’il n’est plus concentré sur la conduite, ce qui nous fait dire que le système devrait disposer d’informations redondantes pour passer à une fonction de secours (cartographie, autre capteur, etc.) le temps de la reprise en main par le conducteur. Dans un premier temps, la commercialisation de l’assistance à la conduite autonome sur autoroute pourrait passer par l’obligation de tenir le volant d’au moins une main en intégrant un capteur dans sa jante.

Peter Lake, vice-président exécutif des ventes et du développement commercial chez TRW commente : « Il faudra sans doute encore attendre un certain temps avant que les voitures complètement automatisées ne se généralisent. Il reste encore de nombreux points à régler, et notamment le cadre législatif. Chez TRW, nous adoptons une approche modulaire qui présente ce qu'il est possible de réaliser aujourd'hui grâce aux technologies éprouvées. »

Il ajoute : « L'avantage de ces technologies repose dans leur flexibilité et leur modularité : un même détecteur peut être utilisé pour différentes fonctions afin de satisfaire les exigences du constructeur du véhicule. Le dispositif d'aide à la conduite peut également permettre d'activer le système de direction assistée d'urgence (ESA – Emergency Steering Assist), par exemple. Nous présenterons dans un second temps un système de détection à 360 degrés qui activera également le dépassement automatique des véhicules (l'aide au changement de voie). La prochaine décennie permettra d'améliorer non seulement notre expérience de la conduite, mais aussi de renforcer fondamentalement la sécurité routière. »

  Yvonnick Gazeau

Haut de page