22 octobre 2014

Des résultats concrets pour le premier « Valeo Innovation Challenge »

Valeo a dévoilé le palmarès pour la première édition de pour son concours international dédié à l’innovation, ouvert aux élèves ingénieurs et étudiants d’universités du monde entier. L’équipementier a demandé aux étudiants d’imaginer l’équipement qui rendrait, entre aujourd’hui et 2030, la voiture plus intelligente et plus intuitive. 969 projets issus de 55 pays ont été reçus et étudiés, ce qui a demandé pour de nombreux spécialistes Valeo un gros investissement en temps. 20 équipes ont ensuite été retenues et une bourse de 5'000 euros leur a été versée pour qu'ils construisent un prototype. Dans la dernière ligne droite, 7 projets ont été entendus par un jury composé de spécialistes Valeo et d’experts qui font référence en matière d’innovations tels que Claudie Haigneré ou Bruno Bonnell. 90 % des projets traitaient des équipements et peu ont été tentés par une nouvelle architecture. Le thème de la sécurité est le plus représenté.

Le gagnant est l’équipe brésilienne de l’Université Fédérale du Minas Gerais dont le projet HydraRage A-CVT est une remise en cause profonde d'une technologie pourtant connue et continuellement développée : celle des transmissions à rapport variable en continu. C'est aussi un des rares projets purement mécanique, avec peu d'électronique. Le projet utilise le transfert de flux hydraulique mais se différencie des modèles hydrostatiques connus. L’élève ingénieur, de profile inventeur passionné, explique que cette CVT est composée d’une pompe et d’un moteur hydraulique montés sur un même arbre. Ces composants sont couplés hydrauliquement de façon complexe. Les brevets n’étant pas déposés, une grande confidentialité est encore nécessaire. Le montage offrirait une très grande ouverture (nettement plus élevée que celle proposée par les transmissions CVT à courroie actuelles), ce qui permettrait par ailleurs de minimiser le dispositif de démarrage (embrayage ou convertisseur hydrodynamique). L’élargissement de l’ouverture permet aux moteurs thermiques de rapprocher le point de fonctionnement de leur zone de rendement optimal. Guillaume Devauchelle, Vice-Président Innovation et Développement Scientifique du Groupe précise : « Nous ne savons pas encore si ce concept pourra correctement fonctionner mais il est tellement innovant qu'il mérite qu'on y porte toute notre attention. C'est une innovation majeure mais à haut risque ». Un chèque de 100'000 euros a été remis à l’équipe brésilienne.

Les deux équipes canadiennes, l’une de l’Université d’Ottawa et l’autre de l’Université de Waterloo remportent ex aequo le deuxième prix. L’équipe de l’Université d’Ottawa propose un système complet d’hybridation électrique des véhicules associant la technologie embarquée à la connectivité. L’innovation utilise les informations de localisation et de trafic, pour passer d’un mode de conduite urbain à un mode routier ou autoroutier permettant ainsi d’optimiser la consommation de carburant. Une baisse de 30% de la consommation et de 10% des coûts sont avancés. L’équipe de l’Université de Waterloo propose une communication de véhicule à véhicule totalement sécurisée, évitant le risque de saturation. Ce système de communication innovant s’appuie notamment sur le GPS et sur une synchronisation temporelle liée aux récepteurs GPS de chaque véhicule. Les premières utilisations sont naturellement envisagées pour transmettre des informations relatives à la sécurité routière (route dangereuse, freinage d’urgence, accident, pluie…). Guillaume Devauchelle : « Les intérêts de ce nouveau protocole sont indéniables mais sa mise en place passe par une standardisation ». Les deux équipes ont chacune reçu la somme de 10'000 euros.

Les 4 autres équipes :
  • L'équipe allemande du Karlsruher Institut für Technologie, propose de donner une nouvelle fonction aux capteurs à ultra-sons déjà utilisés pour les manœuvres de parking. Ces nouveaux capteurs permettront de détecter également les sirènes des véhicules d’urgence et donc de prévenir rapidement le conducteur en coupant la radio, en envoyant un message etc.
  • L'équipe américaine de Clemson University, propose de contrôler le véhicule autonome en associant la reconnaissance vocale à la reconnaissance gestuelle. Cette innovation est particulièrement intéressante dans le cas du véhicule autonome où le conducteur pourra à chaque instant modifier les instructions données à son véhicule… en joignant le geste à la parole.
  • L'équipe indienne du Vellore Institute of Technology, propose de trouver la bonne trajectoire dans un milieu urbain dense où les manœuvres de parking peuvent tourner au cauchemar pour certains. L’équipe indienne propose d’afficher directement sur le volant et de manière très visuelle, le bon angle pour effectuer la manœuvre. Un simple cerceau de LED suffit. Le fait de ne pas avoir à regarder l’afficheur mais simplement de percevoir les couleurs permet de conserver les yeux sur la route.
  • L'équipe australienne de l’University of Technology Sydney, propose une nouvelle IHM adaptée aux véhicules autonomes qui permettrait de prendre en compte les usages, les habitudes ainsi que le contexte (type de trajet, météo, trafic, état de santé…) afin de savoir quels services et fonctions précises offrir aux conducteurs et aux passagers. Le système utilise des concepts d’architectures logicielles cognitives, c’est à dire apprenantes et adaptatives au fil du temps. En fonction des réactions, le véhicule apprend à connaître ses passagers et à satisfaire leurs besoins sans qu’il soit nécessaire de les exprimer. Au fur et à mesure, la voiture ressemble de plus en plus à son utilisateur.
Valeo espère que de nombreux porteurs de projet puissent venir rejoindre les rangs des 10’000 ingénieurs du groupe et a également donné le coup d’envoi de la seconde édition du concours «Valeo Innovation Challenge 2015». Les étudiants du monde entier peuvent dès maintenant s’inscrire sur le site internet dédié au concours. Pour plus d’informations : valeoinnovationchallenge.valeo.com/

  Yvonnick Gazeau

Haut de page