18 février 2015

Nissan GT-R LM NISMO, une LMP1 à traction avant aux 24 heures du Mans

Nissan s'est engagé à la course mythique des 24 heures du Mans en catégorie reine LMP1 et concourra face aux équipes très expérimentées que sont celles d’Audi, de Toyota et de Porsche. Le constructeur japonais a fait le choix audacieux de concevoir une voiture à moteur avant et à traction avant !

Ce choix a été fait après avoir analysé les 4 options d’hybridation que permet le règlement, soit la possibilité de récupérer 2, 4, 6 ou 8 MJ par tour du circuit des 24h du Mans. Dans la configuration choisie par Nissan le véhicule pourra exploiter la plus grande quantité d’énergie cinétique récupérée au freinage. En outre, un moteur à l’avant simplifie le circuit de refroidissement et permet d’améliorer le Cx grâce à une forme arrière moins volumineuse. L’échappement est réduit à sa plus simple expression par des sorties frontales, de chaque côté du capot !

La voiture est propulsée par un V6 à 60° de 3 litres à allumage commandé disposant d’un turbocompresseur pour chaque rang de cylindres (VRX 30A NISMO). Comme le règlement en donne la possibilité, l’énergie cinétique est stockée dans un (ou peut-être deux selon un choix final pas encore décidé entre 4 ou 8 MJ) volant(s) d’inertie logé(s) en arrière du moteur, lui-même en arrière de l’essieu. Le système a été développé par Flybrid, firme acquise en 2014 par Torotrak. Cependant la transmission entre le volant et les roues n’est pas confiée à un variateur toroïdal Torotrak, mais à des embrayages multidisques humides commandant une boîte de vitesses auxiliaire connectée à l’arbre primaire de la boîte principale à 5 rapports. Celle-ci est à commande séquentielle par palettes avec assistance pneumatique. En raison de la traction avant, cet essieu est équipé de pneus Michelin radiaux plus larges qu’à l’arrière, soit respectivement 31/71-16 et 20/71-16 ! Leur moindre largeur à l’arrière contribue aussi à réduire la traînée aérodynamique. Les masses ont évidemment été majoritairement réparties vers l’avant, à hauteur de 65%. Pour l’instant, la voiture est en essais de développement en version 4 MJ et traction avant uniquement, mais il sera possible de transférer une partie des 8 MJ récupérés aux roues arrière, si cette configuration est choisie. Les freins sont à commande "by-wire" afin d’améliorer la récupération d'énergie au freinage et leur fonctionnement est ajustable par le conducteur.

Des solutions aérodynamiques inédites procurant une très forte portance négative sur l’avant ont été adoptées pour permettre l’application de toute la puissance au sol sans risque de patinage dès que la voiture atteint une certaine vitesse.

« Nous innovons autrement, » a déclaré Shoichi Miyatani, Président de NISMO. « Le développement durable figure en tête de liste de notre agenda et le règlement technique du Mans nous donne liberté de développer de nouvelles idées. Le meilleur résultat que nous avons obtenu au Mans jusqu'à présent est une troisième place au classement général. Nous avons donc un travail à finir. Nous voulons gagner et nous avons les connaissances pour y parvenir devant nos clients, nos collaborateurs et nos fans. La concurrence est exceptionnellement forte au Mans et nous sommes galvanisés par le challenge que cela représente. »

Le prototype participera également au Championnat du Monde d'Endurance de la FIA qui débutera à Silverstone le 12 avril, puis se poursuivra à Spa, au Mans pour les 24 Heures et au Nürburgring avant de quitter l'Europe pour les Etats-Unis, le Japon, la Chine et le Moyen Orient.

  Yvonnick Gazeau - François Dovat

Haut de page