5 mars 2015

Michelin CrossClimate, pneu été homologué pour l’hiver

Le pneu CrossClimate que vient de présenter Michelin est difficile à classer : ses performances sont optimales dans une plage de températures et de conditions extrêmement large tout en étant nettement supérieures à celle des pneus dits « toutes saisons », si bien que la manufacturier insiste pour le qualifier de pneumatique été ayant obtenu la certification pour l’utilisation hivernale identifiable par le logo 3PMSF.

65 % des automobilistes européens utilisent des pneus été toute l’année (20% en Allemagne où une réglementation impose un équipement spécial en conditions hivernales, 76 % en France où il n’y a pas de contraintes réglementaires) selon une étude de GFK 2014 sur les comportements des consommateurs européens. Ces pneus sont cependant désastreux sur la neige et, en principe, moins performants que ceux d’hiver lorsque la température tombe en dessous de 7°C. Par ailleurs, les remplacements chaque année sont considérés comme une contrainte (coût, logistique). Les « toutes saisons » sont un compromis mitigé entre ces deux types : selon l’étiquetage européen, ils se positionnent entre les notes C et F en résistance au roulement (contre B ou C selon les dimensions pour l’Energy Saver+) et entre C et E en freinage sur sol mouillé (B pour le pneu d’hiver Michelin Alpin 5 et A ou B pour l’Energy Saver+).

Le CrossClimate est labellisé respectivement C et A. Il satisfait à la fois l’ambition de parfaitement répondre aux exigences de l’utilisation été (sécurité et résistance au roulement) et à celle d’hiver (adhérence en conditions difficiles), ceci tout en conservant une grande longévité. Il porte ainsi le logo 3PMSF (3-Peak-Mountain with Snow Flake – Montagne à 3 pics avec un flocon de neige), indiquant sa capacité à être utilisé en hiver, y compris dans les pays obligeant à disposer d’un équipement adapté à la saison hivernale.

Les explications de cette évolution majeure est le résultat de plusieurs fusions de technologies, tant sur la sculpture (forme, lamelles, pavés) que sur les matériaux (15 mélanges de gomme) et sur l’architecture.

La forme en V des sculptures améliore la motricité et l'adhérence latérale sur la neige. La capacité de traction est aussi accrue par un effet de « griffe » généré par de nouvelles lamelles 3D autobloquantes (aussi appelées Sipes) sur les pavés de gomme. Les ondulations verticales et latérales des lamelles assurent aussi une fonction autobloquante entre les pains, principalement sous les efforts élevés, donc sur sol sec. Les pavés sont ainsi plus rigides, ce qui améliore la longévité et la stabilité directionnelle, tant sous les forces longitudinales que latérales.

Le mélange de gomme est optimisé pour rester performant sur une plage de -30 à +40°C, soit un écart de 70°C ! Le mélange de gomme en contact avec le sol est particulièrement souple pour exploiter toutes les rugosités de la surface du sol. L’architecture est assez conventionnelle, constituée d’une nappe radiale en nylon recouverte de nappes métalliques croisées en diagonale dans la zone de la bande de roulement.

Michelin avait organisé plusieurs ateliers comparatifs entre différents types de pneus et sur quelques cas d’utilisation bien spécifiques. Comparé à un « Toutes saisons », il s’est avéré plus performant en adhérence latérale sur le mouillé (34 km/h au lieu de 32 km/h) mais surtout bien plus stable et plus prévisible. Le départ arrêté sur pente enneigé et le test de freinage sur le sec ont montré une nette supériorité face au Goodyear Vector 4Seasons. Sur une multitude de tests face à des pneus été, hiver et toutes saisons, le CrossClimate a montré qu’il prenait soit la première, soit la seconde place. Le bilan est donc très positif.

Le manufacturier cible notamment les clients qui voyagent dans plusieurs régions et vont rencontrer différentes conditions météorologiques. Et ce marché pourrait être volumineux. Les flottes d’entreprise et de location seront aussi ciblées. Les clients des régions pluvieuses pourraient également être intéressés car le pneu offre une très bonne adhérence sur sol mouillé. Mais ces qualités se feront payer un peu plus cher à l’achat et lors du roulage par une consommation de carburant légèrement augmentée par rapport à un équipement en pneus à plus faible résistance au roulement.

Le CrossClimate sera vendu à un prix situé entre ceux des pneus été et hiver. Il sera lancé sur le marché européen en mai 2015 dans un premier temps en 21 dimensions, de 15 à 17 pouces (du 185/65 R 15 92 T au 225/45 R 17 94 W). D’autres dimensions sont prévues dans 2 ans, dont des 18 pouces. Le CrossClimate s'ajoutera à la gamme actuelle mais il devrait à l'avenir pouvoir la simplifier. Sa production est prévue dans plusieurs sites en Europe (usine de Cholet pour la France).

3 années de R&D ont été nécessaires, ce qui est dans l’absolu une durée assez courte car la moyenne chez le manufacturier est de 4 ans et 8 mois. Il est le résultat le plus abouti de la nouvelle stratégie MICHELIN Total Performance qui consiste à associer davantage de performances dans un seul pneu. D’autres produits sont attendus de ce programme.

Plus de résultats comparatifs et d’informations techniques données par les techniciens sur place seront publiés dans une « Brève Tech » le 15 mars prochain.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page