23 mars 2015

Futurs développements du moteur PSA 1.2 PureTech



Les caractéristiques techniques et un essai routier d’une 308 équipée du moteur 1.2 PureTech montrent que le constructeur a réussi un grand saut technologique qui place ses modèles équipés de ces 3 cylindres 81 kW (110 ch) et 96 kW (130 ch) en très bonne position face à leurs concurrents directs. Ainsi, la Peugeot 308 1.2 THP 110 ch 5 portes est homologuée à 105 g CO2/km, soit mieux que ses concurrentes telles que la VW Golf 1.2 TSI 105 ch et la Renault Mégane TCe 115 ch qui sont respectivement à 114 et 119 g de CO2/km. Dans la catégorie 130 ch à transmission automatique, la Peugeot 308 1.2 THP 130 ch 5 portes est homologuée à 114 g CO2/km alors que les VW Golf 1.4 TSI 122 DSG7 et Renault Mégane TCe 130 EDC le sont à 116 et 130 g CO2/km respectivement.

Les spécificités de ce 3-cylindres et les évolutions de la boîte automatique Aisin de 3me génération seront détaillés dans deux prochaines « Brèves Tech ».

Les motoristes travaillent déjà sur plusieurs projets connexes. Une version « Flex fuel » est en développement pour le marché brésilien. Sa mise au point porte principalement sur la détection de la proportion d’éthanol (de 0 à 100%) par une analyse entre la quantité de carburant injecté et l’évolution du couple délivré au vilebrequin.

Plusieurs projets avancés ou au titre de veille technologiques sont aussi en cours, bien sûr sans pour cela avoir un objectif de commercialisation. Parmi ces projets, une variante dotée d’un compresseur centrifuge électrique sous 12 volts est développée pour accroître le couple à très bas régime et réduire la consommation en permettant l’allongement des rapports. Ce compresseur peut également être mis à contribution pour accélérer le réchauffement du catalyseur grâce à un meilleur balayage des gaz chauds.

Une version intégrant un EGR en fonction sous pleine charge a l’objectif d’abaisser la température de combustion et, en conséquence, de permettre un rapport volumétrique plus élevé au bénéfice du rendement.

Le groupe travaille aussi sur un moteur à rapport volumétrique variable. Il utiliserait pour cela une solution interne (donc pas celle de MCE-5 ou de FEV) économiquement industrialisable. Les moteurs pourront ainsi accepter plus facilement différentes qualités de carburant (donc commercialisables sur plusieurs marchés sans adaptations particulières), avoir une plage de basse consommation spécifique plus étendue, améliorer le rendement maxi grâce à moins de compromis et réduire des émissions nocives.

Côté transmission automatique, la 3me génération actuelle à 6 rapports fournie par Aisin AW et optimisée avec le constructeur français sera probablement remplacée prochainement par une nouvelle évolution à 8 rapports. L’intérêt est bien sûr un élargissement de l’ouverture qui améliorera légèrement la consommation mais son introduction est aussi motivée par les désirs du service marketing. Il n’y a aucun plan concernant l’emploi d’une boîte à double embrayage, une transmission automatique conventionnelle répondant parfaitement au cahier des charges du constructeur en termes de consommation, prestations et durabilité.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page