29 septembre 2015

Les nouvelles ambitions de l’ESTACA

Les nouveaux locaux de l’ESTACA Paris-Saclay donnent plus de moyens pédagogiques et pourront accueillir un plus grand nombre d’élèves

Basé à Levallois-Perret depuis 1979, l’école d’ingénieur ESTACA (Ecole Supérieure des Techniques Aéronautiques et de la Construction Automobile) s’est installée dans un nouveau bâtiment sur le campus de Paris-Saclay à Saint-Quentin-en-Yvelines. Cette école réputée forme des ingénieurs spécialisés dans le transport en 5 ans. Une formation générale est enseignée la première année et les élèves choisissent une spécialisation à partir de la 2ème année vers l’automobile, l’aéronautique, le ferroviaire ou le spatial. La majorité de professeurs sont en activité dans l'industrie. Le nouveau bâtiment permettrait d'accueillir jusqu'à 1500 étudiants

Les 13'000 m2 disponibles, soit une multiplication de la surface par 2,5, permettent plusieurs réaménagement des moyens pédagogiques. Pascale Ribon, directrice de l'ESTACA : « Par exemple, l’amphithéâtre de 200 places que nous avions pour les cours des élèves de première année a été remplacé par quatre amphis d’environ 60 places où les professeurs peuvent communiquer avec élèves ». Des espaces libres de différentes configurations sont aussi mis à la disposition des élèves pour les travaux en groupe.

Un centre de recherche appliquée, l’Estaca’Lab, travaille sur plusieurs missions de recherche en collaboration avec les industries. Il emploie 20 chercheurs et 30 doctorants. Une quinzaine d’articles sont publiés chaque année dans des revues scientifiques.

De nombreuses salles sont spécialisées, notamment pour des cours d’électronique, d’informatique ou de mécanique. Un espace atelier permet aux associations de produire le fruit de leurs réflexions et de leurs recherches. Plusieurs projets s’y développent, comme la réalisation d’une fusée, d’un dirigeable ou d’un robot, notamment grâce à une imprimante 3D. Deux projets automobiles majeurs occupent une bonne partie des lieux. La PV3e est un prototype qui participe au Shell Eco-Marathon, son objectif étant de dépasser son record de 2701 litres pour 1 litre d’essence. Une équipe travaille sur une Formula Student depuis 2012 et devrait faire sa première compétition à la fin de cette année scolaire en Angleterre et en Allemagne. En outre, l’école est investie dans 7 grands projets de recherche collaborative en cours dans le cadre des pôles de compétitivité et continue de travailler avec des Instituts de Recherche internationaux tels que l’Institut de la Transition Energétique VEDECOM ou l’Institut de Recherche Technologique System X.

12 mois de stage fractionnés sont organisés sur les 5 années et il y a la possibilité d’effectuer 12 mois en immersion en entreprise à la demande de l'étudiant avant l’entame de la dernière année.

Parmi les 1200 étudiants de 2013, 392 avaient choisi l’automobile et 96 diplômes ont été acquis. 80% des étudiants ont été embauchés avant l’obtention du diplôme et 24% des jeunes diplômés ont trouvé un emploi à l’étranger. Le salaire annuel moyen à l’embauche est de 37’000 euros. Michaël Oualid, enseignant référent Filière automobile : « Tous les étudiants trouvent du travail. Le placement des étudiants dans le monde du travail se fait de façon fluide grâce à nos liens avec l'industrie, par exemple lors des stages ou des conférences ».

  Yvonnick Gazeau

Haut de page