5 janvier 2017

Moteur Infiniti à rapport volumétrique variable : baisse de consommation de 27 %… seulement !

Le salon de Détroit qui ouvrira le 14 janvier prochain exposera le nouveau SUV Infiniti RX50 Concept qui dévoile quelques informations sur le moteur à rapport volumétrique variable (VCR).


Présenté au dernier Mondial de Paris, le nouveau 4 cylindres 2.0 turbosuralimenté Infiniti sera probablement le premier moteur essence à rapport volumétrique variable commercialisé pour l’automobile (voir notre actualité du 19 août 2016). Nommé VC-T (Variable Compression – Turbocharged), le système Nissan permet un rapport variant entre 8 :1 en puissance maxi et 14 :1 pour un rendement optimal sous faible charge.

Rappelons que le volume de chambre de combustion est modifié par le changement de hauteur des pistons grâce à l’ajout de leviers entre les bielles et le vilebrequin. La position du 3ème axe des leviers est dépendante d’un système de renvoi piloté par un moteur électrique via un réducteur harmonique (train planétaire donnant un rapport de démultiplication extrêmement élevé).

Le constructeur annonce une puissance maxi de 200 kW (272 ch) et un couple maxi de 390 Nm, soit une pression moyenne effective (PME) de 24,5 bar. Cette valeur n’est pas en soi exceptionnelle par rapport à d’autres 4 cylindres de même cylindrée développés pour des modèles sportifs, les moteurs des Honda Civic Type R et Mercedes-Benz AMG A 45 atteignant respectivement 25,1 bar et 29,8 bar. Ces deux moteurs n’ont cependant pas un rendement optimisé, ces petites berlines ayant une consommation mixte NEDC de 7,3 et 6,9 l/100 km.

Un des SUV qui serait le plus proche du QX50 avec VC-T, ciblant également un compromis performance/consommation, est par exemple le BMW X3 xDrive28i équipé d’un moteur 2.0 turbosuralimenté de 180 kW (245 ch) délivrant un couple maxi de 350 Nm. Sa PME n’est alors que de 22 bar.

Infiniti annonce également une réduction de 27 % de la consommation par rapport à des V6 de puissance équivalente. Ce chiffre est global, cette baisse englobant à la fois la technologie VCR, le downsizing et probablement d’autres petites améliorations apportées par les évolutions techniques récentes (frottements, accessoires, EGR ?). Le QX50 actuel équipé du V6 3.7 de 235 kW (320 ch) / 360 Nm ayant une consommation mixte NEDC de 11,3 l/100km, celle du futur modèle serait alors de 8,2 l/100 km.

Bien que la réduction soit marquante, nous pouvons espérer que ce chiffre soit inférieur car celle du BMW X3 xDrive28i est à 7,3 l/100 km et celles de ce type de SUV à moteur diesel sont en dessous de 6 l/100 km ! La réduction de 27 % est calculée sur le cycle de mesure américain ; le cycle européen demandant pour le moment peu de charge au moteur, en attendant le cycle WLTC, il est possible que la technologie VCR permette au véhicule de passer sous la barre de 7,5 l/100 km.




  Yvonnick Gazeau

Haut de page