6 juillet 2017

Le « Vision Zero Vehicle » démontre des futures briques technologiques de ZF

L’équipementier allemand a développé un démonstrateur regroupant les briques technologiques de conduite autonome et de traction électrique, visant le double objectif de zéro accidents et zéro émissions polluantes locales.

De nombreuses équipes développent des véhicules autonomes qui répondent au cahier des charges relatives à la circulation ou à l’infrastructure routière de façon plus ou moins satisfaisante. Lors d’une démonstration à la presse, ZF a focalisé sa présentation sur quelques fonctions qui pourraient être implémentées à court terme.

Une détection d'inattention complexe
Selon une étude sur la sécurité routière d'Allianz Zentrum für Technik, environ un mort sur dix sur la route est dû à la distraction et une étude menée par Virginia Tech Transportation Institute a révélé que les personnes au volant sont distraites plus de la moitié du temps (52 %). La mesure du niveau d’attention du conducteur est également un impératif pour la conduite autonome car le conducteur devra reprendre le volant dans les zones où la délégation de conduite ne sera plus possible ou en cas de défaillance technique.

La détermination de l’orientation du regard par la position des yeux face à la route, voire la détection des mains sur le volant, sont des solutions insuffisantes pour ce requis. ZF utilise une caméra qui filme la tête et le buste dans les 6 degrés de liberté (3 angles et 3 positions) pour capter le comportement du conducteur. La caméra de type laser fonctionne sur le principe « temps de vol » afin de déterminer plus efficacement et plus rapidement en 3D la position du conducteur et sa distance par rapport au volant. Un ingénieur de développement ajoute : « L’inattention du conducteur est déduite d’un comportement, par exemple la façon de pencher ou d’avancer la tête, la position des mains ou le positionnement du buste. »

L’information est ensuite traitée par un logiciel à intelligence artificielle qui permet de déterminer la posture du conducteur, même s’il porte des lunettes, une barbe ou un chapeau ou quelle que soit sa taille. Sa position est ensuite comparée avec celles enregistrées dans un catalogue pour savoir si elle est compatible à la conduite manuelle ou non.

En cas de danger, le conducteur est alerté par un signal optique et sonore ainsi que par un serrage actif de la ceinture de sécurité. En cas de défaillance du conducteur, l’aide à la conduite prend en charge la direction et, s’il ne réagit toujours pas, le système peut réduire progressivement la puissance du moteur. Enfin, si le conducteur continue d'ignorer tous les avertissements, l'assistant va essayer d'arrêter la voiture dans un endroit sûr.



Alerte de conduite en contre-sens
Si le conducteur engage son véhicule dans une mauvaise direction, par distraction, mauvaise visibilité ou désorientation, le système l’avertit d'abord avec un signal sonore, une vibration de ceinture de sécurité et une icône sur l'affichage du tableau de bord. Par ailleurs, la direction génère une force pour contrer légèrement celle du conducteur et ainsi renforcer le message d’alerte. Si le véhicule va toujours dans la mauvaise direction, le système essaie de le placer le long de la voie puis de l’arrêter progressivement. Le système permet seulement au conducteur de sortir de la zone de danger le long du bord de la route s'il y a de l'espace ou s'il se déplace vers l'arrière.

L’entrée en contre-sens dans une voie est détectée par la lecture des panneaux de signalisation par la caméra et/ou par la cartographie haute définition mise à jour en cloud.

Un module de propulsion électrique
Un module de propulsion électrique de 150 kW (204 ch) sur l’essieu arrière a été ajouté à un VW Touran. Ce module nommé mSTARS (modular Semi-Trailing Arm Rear Suspension) regroupe à la fois un moteur, une transmission à deux rapports, un différentiel et une électronique de puissance. Cet ensemble complet permet de transformer un véhicule thermique en version électrique avec peu de modifications de la plateforme.


  Yvonnick Gazeau

Haut de page