11 mai 2018

Les diesels peuvent être (enfin) propres

Alors que de nombreux constructeurs avaient annoncé il y a deux années qu’il serait techniquement difficile pour un véhicule de ne pas émettre plus de NOx en conduite réelle que lors d’une procédure WLTP, quelques acteurs viennent déjà de prouver le contraire, et de belle façon.

La nouvelle réglementation Euro 6d-temp limite les émissions d’oxyde d’azote (NOx) à 80 mg/km sur la récente procédure WLTP et à 168 mg/km en conditions de conduite réelle RDE. Le lien entre ces deux valeurs est le coefficient de conformité CF (Conformity Factor) qui est actuellement de 2,1. En 2020, l’introduction de l’Euro 6d descendra le CF à 1,5 et donc le seuil de rejet de NOx à 120 mg/km. Par ailleurs, un CF à 1 est en discussion pour une entrée en vigueur entre 2022 et 2024.

Le vent semble tourner et quelques industriels prouvent que les technologies déjà commercialisées permettent déjà de descendre très en-dessous des limites, voire de s’approcher de zéro.

En effet, PSA commercialise déjà quelques voitures Euro 6d-temp avec des émissions largement inférieures à la norme Euro 6d : dans le communiqué du 6 mars dernier, le constructeur a révélé que les émissions de NOx en conduite réelle d’un DS7 Crossback BlueHDI 180 Automatique, mesurées en collaboration avec T&E, FNE et Bureau Veritas, était évaluées à 30 mg/km seulement ! Celles d’une Citroën C3 1.5 BlueHDI 110 MT6 sont de 40 mg/km et ses rejets de particules sont de 0,8 x 1011/km pour une limite fixée à 9 x 1011/km !

Mercedes vient d’annoncer que les émissions de NOx de sa gamme actuelle de véhicules diesel (OM 608, OM 654 et OM 656) sont entre 40 et 60 mg/km sur test RDE et indique que la Classe C équipée du nouveau 1,6 litre (OM 654) n'émettrait qu’environ 10 mg/km. « Notre objectif est d’atteindre une moyenne de 30 mg/km sur l’ensemble de la gamme d’ici 2020 pour l’introduction du RDE étape 2, et nous sommes déterminés à approcher les 20 mg/km dans les années qui suivent. » a annoncé Ola Källenius, responsable du groupe de recherche et du développement des voitures Mercedes-Benz.

Grâce à son développement sur sa « Plateforme diesel de 3ème génération », Bosch a annoncé qu’une voiture de milieu de gamme peut n’émettre que 13 mg/km sur mesure RDE, uniquement par optimisation et grâce à l’expérience acquise depuis 5 ans sur ce sujet. Les moyens d’arriver à ce résultat seront expliqués dans une « Brève tech » en ligne le 15 mai prochain.

Dans tous les cas, la stratégie est d’accélérer l’entrée en fonction d’un catalyseur à réduction catalytique sélective SCR : si sa température d’amorçage de 200 °C est atteinte au bout de 2 km sur une mesure RDE, une voiture de milieu de gamme peut n’émettre que 10 à 30 mg de CO2/km.

Tous les composants nécessaires sont disponibles sur le marché. « Grâce à la toute dernière technologie Bosch, le diesel affiche de faibles émissions et demeure abordable. Le diesel a de l’avenir. Il fait partie intégrante des solutions de la mobilité de demain », a déclaré Volkmar Denner, le Président du Directoire de Bosch.


  Yvonnick Gazeau

Haut de page