9 novembre 2004

L'injecteur-pompe bientôt aussi rapide que le Common-rail grâce à EPCOS

Le monde du moteur Diesel automobile est divisé par deux technologies : l'injecteur-pompe et le Common rail. Si ce dernier est utilisé par l'ensemble des constructeurs, seul Volkswagen fait confiance à l'injecteur-pompe. Son principal intérêt réside dans sa capacité à atteindre une pression très élevée, jusqu'à 2050 bars, afin de pulvériser le gazole en très fines gouttelettes. À l'opposé, avec une pression limitée à 1600 bars, le Common rail revendique un fonctionnement plus silencieux du moteur grâce à l'injection pilote capable d'une mini injection. Sa vitesse de fonctionnement a récemment été améliorée avec l'introduction de l'injecteur piézo-électrique. Il est alors capable de plusieurs mini-injections par cycle, permettant à la fois une réduction de la consommation et un meilleur traitement des polluants.
L'injecteur-pompe allait-il rester à la traîne ? Non, voici que l'injecteur-pompe piézo-électrique est annoncé. Nous pouvons alors supposer que celui-ci gardera l'avantage de la très haute pression d'injection et gagnera la multi-injection caractérisant les derniers Common rail. Le module piézo-électrique sera fourni par EPCOS, le seul fournisseur de cette technologie en grand volume. Ils seront produits dans l'usine de Styria, en Autriche.
Derrière cette évolution technologique se cache aussi une révolution économique. En effet, l'équipementier allemand Bosch est jusqu'à présent le seul à fournir un injecteur-pompe pour l'automobile. Il aura donc un concurrent de taille puisque le développement et la production de l'injecteur-pompe piézo-électrique seront réalisés par Siemens VDO.

Haut de page