6 avril 2005

Siemens VDO a développé une unité de contrôle auxiliaire destinée aux moteurs fonctionnant au Gaz Naturel

Un marché à fort potentiel devrait s'ouvrir pour les moteurs à gaz naturel grâce à la technologie du gaz naturel comprimé (CNG). Par rapport aux moteurs à combustion interne, ils rejettent jusqu’à 75 % de monoxyde de carbone, jusqu’à 60 % d’hydrocarbures et jusqu’à 25 % de gaz carbonique en moins. Actuellement, il y a presque 500 000 véhicules au gaz naturel en Europe et plus de 1,5 millions dans le monde. SIEMENS VDO a développé une unité de contrôle auxiliaire moteur permettant de convertir des moteurs à essence en un système BiFuel utilisant aussi du gaz naturel, le tout à un coût raisonnable. L’unité de contrôle auxiliaire peut être adaptée facilement à différents moteurs, offrant ainsi aux clients une latitude pour proposer en option des moteurs alimentés en carburant alternatif.

Une récente analyse de Siemens VDO a montré que le développement séparé d’un hardware et d’un logiciel pour faciliter le fonctionnement au BiFuel (l’utilisation alternative de gaz naturel et d’essence) aurait un coût très élevé. Il serait pratiquement égal à celui du nouveau développement de l’unité de contrôle requise. En considérant que les chiffres de production de véhicules au gaz naturel sont faibles, la solution n’est pas viable pour les constructeurs d’automobiles. Siemens VDO utilise l’unité existante de contrôle moteurs essence. L'équipementier adapte les fonctions « classiques » telles que l’injection, l’allumage et le contrôle lambda au gaz naturel, en leur ajoutant des fonctions de système de diagnostic embarqué, exigés par la loi (On Board Diagnostic). Une seconde unité (auxiliaire) de contrôle a été ajoutée, qui met en oeuvre le changement de carburant, la détection des signaux des capteurs supplémentaires, le contrôle des actionneurs tels que l’injection de gaz naturel ou les soupapes de détente, ainsi que le diagnostic des composants du gaz naturel. Selon le carburant souhaité, l’unité auxiliaire de contrôle envoie les signaux d’injection calculés par l’unité de contrôle du moteur à essence à la vanne d’injection correspondante de gaz naturel ou d’essence, au cas par cas. Pour les besoins de la communication des données, les deux unités de contrôle sont reliées par une interface CAN.

L’unité de contrôle des moteurs à gaz naturel de Siemens VDO est en production en série pour la Mercedes E 200 Kompressor, dont le moteur à quatre cylindres 120kW/163CV respecte les normes d’émissions d’échappement. Le conducteur peut passer d’un mode d’exploitation à l’autre en appuyant sur un bouton, sans différence notable entre le fonctionnement au gaz naturel et celui à l’essence dans des conditions normales de conduite. De même, l’affichage des informations centrales nouvellement programmées de l’indicateur fourni par Siemens

Haut de page