9 mai 2005

Le point sur le freinage électro-mécanique EMB

Tous les acteurs majeurs du freinage travaillent pour le remplacement des freins à commande hydraulique par un dispositif électro-mécanique EMB. L’intérêt est l’amélioration de ces performances générales, l’augmentation du nombre de sous-fonctions et le bannissement du circuit hydraulique, partie non-écologique. Les plaquettes de frein ne seront donc plus serrées par des pistons hydrauliques, mais par un moteur électrique fixé directement dans l’étrier.

La première difficulté est d’atteindre un niveau de fiabilité absolue, tout en restant à un coût de production acceptable par l’industrie automobile. D’après l’équipementier Bosch, la technologie ne le permettra pas avant 2010. Pour la partie purement mécanique, le spécialiste allemand pense qu’il n’existe pas encore de moteur électrique assez puissant pour le pincement des plaquettes. Il oriente alors son développement vers des étriers auto-serrants où le frottement des plaquettes participe de lui-même au serrage.

L’équipementier Delphi confirme aussi que le moteur électrique apporte une force insuffisante au serrage des plaquettes. Par contre, il ne compte pas utiliser le principe de l’auto-serrage, mais s’oriente vers le dispositif bi-disque. Ce type de frein, appelé MTB (Maximum Torque Brake), est constitué d'un double disque flottant, comme un embrayage bi-disque, procurant un couple de freinage élevé tout en améliorant le refroidissement et le poids. Il y a donc 4 surfaces de contact entre les plaquettes et les disques. D'après Delphi, le MTB procure un couple de freinage 1,7 fois plus élevé que celui d'un mono-disque de même diamètre.

Le freinage électro-mécanique devrait, dans un premier temps, être proposé en version hybride, EMB à l’arrière et hydraulique à l’avant, version que nous avons pu tester chez TRW. De plus, les équipementiers semblent continuer leur développement en 12 volts, sans attendre le passage sans cesse repoussé aux 42 volts. L'introduction de l'EMB n'est raisonnablement pas prévue avant les années 2010-2012.

Haut de page