21 juin 2005

Bosch travaille la pression des common-rail : 1800, 2000, puis 2500 bars

L’amélioration de la combustion du gazole est un axe majeur dans le développement du moteur diesel, tant sur le plan de la puissance, que sur celui de la consommation et de la pollution. L’injection common-rail évolue dans ce sens en multipliant le nombre d’injections par cycle et en améliorant la qualité de la pulvérisation. Concernant ce dernier point, un incontournable : la pression d’injection.

Bosch nous a dévoilé son plan d’évolution de son injection common-rail. La 3e génération (CRI3.0), commercialisée depuis 2003, est capable de 5 injections par cycle sous une pression maximale de 1600 bars. Elle a surtout marqué l’arrivée de la commande piézo-électrique levant l’aiguille en un dix millième de seconde.

En 2006, l’équipementier allemand mettra sur le marché un système d’injection CRI3.2 à 1800 bars, puis, l’année suivante, la pression passera à 2000 bars (CRI3.3). L’objectif est bien sûr d’améliorer le mélange des gouttelettes de gazole à l’air.
Enfin, Bosch a avoué travailler sur un common-rail injectant à 2500 bars… . Cette 4e génération marquera une nouvelle évolution de la technologie. Pour arriver à ce niveau de pression, l’injecteur sera muni d’un amplificateur hydraulique. Son alimentation ne sera qu’à 1250 bars, donc moins contraignante pour la rampe commune, et un piston amplificateur multipliera par 2 la pression dans l’injecteur même. Il suffisait d’y penser ! Cette technologie est appelée en interne HADI (Hydraulically Amplified Diesel Injector). Par contre, aucune date n’a été avancée pour sa commercialisation.

Annoncé il y a un an, le spécialiste de l’injection n’a, par contre, pas confirmé le développement d’un injecteur à buse coaxiale variable à double aiguille. (Voir notre actualité du 27 mai 2004).

Haut de page