15 juin 2006

Lexus GS450h hybride, mieux que les meilleurs diesels ?

À Auto-innovations, nous connaissions déjà les hybrides Toyota Prius et Lexus RX400h. Nous ne nous attendions donc qu'à une version adaptée de ce dernier en recevant les clés de la berline Lexus GS450h. En réalité, ce modèle présente une évolution majeure du groupe de propulsion.

Première modification, le GMP est en position longitudinale, la Lexus étant une propulsion. Le moteur est un nouveau V6 3.5L de 218 kW (235 ch) et 368 Nm. Il n'est pas en cycle Miller, comme la Prius, mais présente la particularité de la double injection : directe en mélange homogène dans la plupart des cas, directe et indirecte moteur froid et sous faible charge.

Le moteur électrique progresse fortement en puissance par rapport à celui du RX400h : 147 kW (200 ch) sous 650 volts. Le principe du répartiteur de puissance reste identique à celui de la Prius. Ensuite, nouveauté, la transmission est dotée de deux rapports automatiques. Celle-ci permet d'étendre la plage d'utilisation du moteur électrique au-dessus de 90 km/h. Malheureusement, le pack de batteries de 280 volts est logé derrière la banquette, réduisant le volume du coffre à 280 litres.

Le résultat est époustouflant : la GS450h atteint le 0-100 km/h en 5,9 secondes et une consommation mixte de 7,9 l/100 km. Une BMW 535d fait respectivement 6,5 s et 8,0 l/100 km... . Il est vrai que la faible consommation de la Lexus est atteinte en cycle urbain, pas en extra-urbain. Mais il y a suffisamment de quoi perturber ce micro-marché, même diesel, surtout à 70 500 euros.

La GS450h n'est donc pas une hybride écolo (184 g/km de CO2), mais sait concilier performances et réduction de consommation.

Haut de page