31 octobre 2006

LuK présente le premier embrayage bi-disque à compensation automatique d’usure

Embrayage bi-disque LuK
à compensation automatique d'usure

L’augmentation constante du couple des moteurs oblige constructeurs et équipementiers automobiles à imaginer sans cesse des nouvelles technologies pour assurer une transmission de puissance efficace à l’aide de l’embrayage et ce, sans augmenter l’effort de commande. Les embrayages monodisque à sec traditionnels atteignent désormais leurs limites.

L’équipementier automobile allemand LuK répond par une première technologique : un embrayage double disque à compensation automatique d’usure. Le bi-disque transmet des couples élevés tout en réduisant considérablement l’effort de commande d’embrayage d’environ 40 % comparativement à un embrayage monodisque. L’embrayage multidisque présente également une capacité thermique accrue et permet ainsi de disposer d’un diamètre réduit. Seul inconvénient minime : en fonction de l’application, une longueur axiale supplémentaire comprise entre 17 et 20 mm est nécessaire pour le montage. La compensation automatique d’usure est assurée par la technologie SAC (Self Adjusting Clutch) déjà commercialisée depuis quelques années pour les monodisques.

Une version hautes performances est en cours de commercialisation : la nouvelle BMW M5 disposera à l’avenir d’un embrayage muni de disques fixes et d’une plaque de contact à ventilation interne, ce qui permettra de réduire la charge thermique de l’embrayage. Pour rappel, la BMW M5 développe en effet une puissance de 373 kW (507 ch) et un couple maximal de 520 Nm : des paramètres permettant des régimes moteur dépassant le cap des 8 000 tr/min.
Voir aussi nos dossiers L'embrayage et L'évolution des embrayages.

Haut de page