15 février 2007

Interview de Isao Akimoto, Honda, ingénieur en chef du développement châssis

Interview réalisée lors de la présentation de la Honda Civic Type R.
Auto-innovations.com : Deux constructeurs commercialisent la direction active. Où se positionne Honda sur le sujet ?
Isao Akimoto : La direction active propose deux finalités : une aide à la conduite et une amélioration de la sécurité. Nous sommes assez sceptiques sur le premier point. Par contre, elle peut apporter une contribution intéressante à la sécurité active. Nous n’aimons pas les produits actuels basés sur un système mécanique de colonne, nous préférons nous orienter vers un dispositif Steer-by-wire (SBW). Nous croyons beaucoup en cette technologie, même si sa commercialisation n’est pas pour une actualité proche. Nous pourrons, par exemple, passer outre des angles de chasse et de pivot, mieux exploiter les pneumatiques, intervenir dans la stabilité du véhicule ou avoir un concept de suspension plus basique. Cependant, cela demandera une puissance électrique bien plus élevée.

Auto-innovations.com : Mais les véhicules disposent déjà de l’assistance électrique de direction (EPS) qui réclame de la puissance !
Isao Akimoto : Premier point, avec une EPS, une partie de la puissance est apportée par le conducteur, ce qui ne sera là plus le cas. Autre point, il faut penser à répondre à des pointes d’efforts générées par toutes les conditions d’utilisation. Nous aurons donc besoin d’une source à 42 volts.

Auto-innovations.com : Honda a déposé un grand nombre de brevets sur des systèmes de direction sur train arrière. Vous avez aussi commercialisé un modèle qui en était doté. Où en êtes-vous aujourd’hui sur le sujet ?
Isao Akimoto : Nous travaillons toujours sur des systèmes équivalents, mais avec la technologie Steer-by-wire. Les facteurs coût et fiabilité ralentissent leur développement.

Auto-innovations.com : Travaillez-vous sur des concepts de roue intégrant à la fois direction, suspension et moteur de traction électrique ?
Isao Akimoto : C’est une voie qui nous semble incontournable à moyen ou long terme. Ce concept permet d’intégrer un grand nombre de fonctions et aussi élargir leur plage de fonctionnement. Il libère aussi de l’espace dans le véhicule.

Auto-innovations.com : Mais le poids non-suspendu élevé n’est-il pas un handicap ?
Isao Akimoto : Il peut être compensé par une suspension active. C'est-à-dire que la suspension peut être motorisée pour ne plus subir les événements, mais les devancer en forçant les mouvements. Il est ainsi plus facile de contrôler le châssis, tant pour la stabilité que pour le confort. Mais une fois de plus, ce dispositif puisera de la puissance électrique.

Haut de page