25 avril 2007

Le recul du véhicule ne signifie pas forcément l’engagement de la marche arrière…

Plusieurs fonctions d’aides à la conduite et de sécurité sont liées à la marche arrière. Il y a par exemple le feu de recul, la caméra de recul, l’aide au stationnement, le rabattement des rétroviseurs ou l’essuie-glace arrière. Il faut rappeler que le feu de recul n’est pas uniquement un éclairage pour le conducteur, mais aussi une information pour les autres voitures. Cependant, le mouvement du véhicule vers l’arrière ne signifie pas dans tous les cas de figure l’engagement du rapport de marche arrière de la boîte de vitesses. Le véhicule peut aussi reculer dans une pente ou par sa propre inertie. Or, les constructeurs ont toujours piloté les fonctions de recul avec l’engagement du rapport de marche arrière. Il y a donc un décalage entre la nécessité et la technique proposée qu’un inventeur tente de remédier.

Jean DESMICHT a en effet déposé un brevet simple dans son principe : la détection du mouvement de recul. Le principe consiste à détecter le sens du déplacement du véhicule au travers du signal du système ABS ou ESP. Suivant le sens de l'évolution du véhicule, le signal de sortie du capteur est inversé. A partir de ce signal, un système de pilotage commande l'activation, la pérennisation ou la désactivation des équipements liés à la marche arrière. L’arrêt du fonctionnement des équipements concernés peut être commandé après un déplacement continu en marche avant.

Ce brevet est évidemment disponible à la commercialisation.
Contact : jean.desmicht@wanadoo.fr.

Haut de page