19 juin 2017
BOSCH investit € 1 milliard dans une usine de puces électroniques (semi-conducteurs) à Dresde
Un milliard d’euros investis dans la technologie des puces électroniques en 300 millimètres

Stuttgart/Dresde – Bosch va construire une nouvelle usine de puces électroniques à Dresde, affirmant ainsi sa volonté de continuer à investir massivement en Allemagne. Destinés à répondre aux besoins croissants des secteurs de la mobilité et de l’Internet des Objets, le nouveau site produira des semi-conducteurs sur tranche de 300 millimètre. L’usine devrait être achevée fin 2019 et la production commencera fin 2021, après la phase de lancement. Au total, l’investissement s’élève à un milliard d’euros pour ce seul site. « Cette nouvelle usine de semi-conducteurs est le plus gros investissement réalisé pour un projet spécifique en 130 ans d’histoire de l’entreprise », a déclaré Volkmar Denner, Président du Directoire de Robert Bosch GmbH. Jusqu’à 700 nouveaux emplois seront créés sur le site de Dresde. « Les semi-conducteurs sont au cœur de tous les systèmes électroniques. Du fait de l’interconnexion et de l’automatisation croissante, leurs domaines d’application ne cessent de s’étendre. En augmentant nos capacités de production de semi-conducteurs, nous préparons l’avenir et renforçons notre compétitivité », a affirmé Volkmar Denner. Selon une étude du cabinet de conseil et d’audit PricewaterhouseCoopers, le marché mondial des semi-conducteurs va croître de plus de 5% chaque année d’ici à 2019, les secteurs les plus demandeurs étant la mobilité et l’internet des Objets.

Investir dans la haute technologie allemande

La ministre allemande de l’Économie et de l’Énergie (BMWi), Brigitte Zypries, a salué l’engagement de Bosch dans la haute technologie allemande. « Nous nous félicitons de cette décision de Bosch en faveur de la Saxe. Le renforcement de l’expertise de l’Allemagne, et donc de l’Europe, dans le secteur des semi-conducteurs est un investissement dans une technologie d’avenir cruciale et donc un pas en avant capital pour le maintien et le renforcement de la compétitivité de l’industrie allemande. » Sous réserve de l’approbation de la Commission européenne, le ministère allemand de l’Economie et de l’Énergie envisage d’apporter une aide à la construction et à la mise en service de l’usine de Dresde. « La région de Saxe offre d’excellentes conditions pour renforcer notre expertise dans les semi-conducteurs », a déclaré Dirk Hoheisel, membre du Directoire de Robert Bosch GmbH. Dresde est connu pour son pôle de compétitivité, appelé la « Silicon Saxony », un cluster de microélectronique unique en Europe, dont font partie des équipementiers automobiles et des prestataires de services ainsi que des universités apportant l’expertise technologique nécessaire. De plus, l’initiative « Digital Hub » du ministère allemand de l’Économie et de l’Énergie a pour but de créer à Dresde un écosystème pour l’Internet des Objets. Bosch a l’intention de coopérer étroitement avec les fabricants locaux de semi-conducteurs et de renforcer ainsi la compétitivité internationale de ce secteur industriel, non seulement pour l’Allemagne, mais aussi pour l’Europe. « Il s’agit d’une nouvelle décision positive en faveur du plus grand cluster européen de microélectronique. Je remercie Bosch de la confiance accordée à la région, à ses collaborateurs et à la capacité d’innovation de la Saxe. L’innovation dans des produits destinés à l’internet des Objets et à l’Industrie 4.0 est très importante pour le secteur de la microélectronique et l’industrie européenne », a affirmé le ministre-président de la région Saxe, Stanislaw Tillich.

Des économies d’échelle grâce à cette technologie en 300 millimètres

Les semi-conducteurs représentent une technologie clé de notre époque moderne, en particulier du fait de la croissance de l’interconnexion, de l’électrification et de l’automatisation dans les secteurs de l’industrie, de la mobilité et de la domotique. À la base de tous les semi-conducteurs, quel que soit leur type, on trouve un disque ou tranche de silicium. Plus grand est son diamètre, plus on peut fabriquer de puces en une seule opération. Les semi-conducteurs en tranche de 300 millimètres permettent de réaliser des économies d’échelle par rapport à ceux de 150 et 200 millimètres. Cela est particulièrement important pour permettre à Bosch de répondre à une demande qui ne cesse de croître, par exemple pour la mobilité connectée, ainsi que pour les applications de domotique et de ville intelligente.

Bosch leader des semi-conducteurs et pionnier des MEMS

Bosch fabrique des semi-conducteurs depuis plus de 45 ans dans différentes versions, en particulier des circuits intégrés spécifiques (ASIC), des semi-conducteurs de puissance et des microsystèmes électromécaniques (MEMS). Utilisés depuis 1970 dans l’automobile, les ASIC de Bosch sont personnalisés spécifiquement pour chaque application et jouent un rôle déterminant, par exemple dans le déclenchement des airbags. En 2016, chaque voiture neuve était équipée de plus de neuf puces Bosch en moyenne.

Bosch est le pionnier et l’actuel leader mondial des capteurs MEMS pour lesquels l’entreprise a développé elle-même son procédé de fabrication il y a plus de vingt ans. Aujourd’hui, Bosch produit chaque jour dans son usine de Reutlingen 1,5 million d’ASIC et 4 millions de capteurs MEMS en tranches de 150 et 200 millimètres. Au total, l’entreprise a produit depuis 1995 plus de 8 milliards de capteurs MEMS, et aujourd’hui, 75 % des capteurs MEMS de Bosch sont utilisés dans l’électronique grand public et les équipements de télécommunication : trois smartphones sur quatre sont ainsi équipés de capteurs MEMS de Bosch. La gamme actuelle de semi-conducteurs comprend essentiellement des capteurs d’accélération, de lacet, de flux massique, de pression et d’environnement ainsi que des microphones, des semi-conducteurs de puissance et des ASIC pour calculateurs d’automobiles.


  Source : Bosch



Voir notre Brève tech Capteurs MEMS de Bosch : des capteurs performants extrêmement petits.
Haut de page

Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué