22 septembre 2014
Le centre d’essais Goodyear de Mireval fête ses 30 ans
C’est lors d’une manifestation forte en sensations et en émotions que Goodyear a célébré le 19 septembre dernier 30 années de tests et de développement pneumatique au sein de son centre d’essais français, en présence de la direction européenne de la marque et de 250 invités.

Situé dans l’Hérault (34), entre Montpellier et Sète, le site Goodyear de Mireval est né sous le nom de Karland, en 1974. Il s’agissait alors d’un circuit qui fut le théâtre de courses auto et moto de haut niveau. Puis le circuit a été acheté par Goodyear dix ans plus tard, en septembre 1984.

Modifié en profondeur au fil du temps pour l’adapter aux besoins de tests de développement de pneumatiques – le manufacturier y a investi plusieurs millions d’euros, le centre d’essais comprend aujourd’hui des installations modernes, dotées de matériels de mesure de haute précision et de haute technologie. Ses pistes sécurisées répondent aux normes les plus exigeantes notamment pour l’homologation et l’étiquetage des pneumatiques. L’étiquetage européen a été rendu obligatoire en novembre 2012 et nécessite de tester les pneumatiques selon trois critères de performance : les distances de freinage sur sol mouillé, la résistance au roulement (qui a une incidence sur la consommation de carburant) ou les émissions sonores.

Des zones de tests pour recréer les situations du réseau routier

Pour recréer les conditions de conduite extrêmes du réseau routier et pousser les pneumatiques testés à leurs limites – mais en toute sécurité - plusieurs pistes ont été construites. Une piste hautes performances - appelée HPC (High Performance Circuit), d’une longueur de 3,3 km, reprend par endroit les virages les plus techniques du fameux circuit du Nurbürgring, en Allemagne. Il comporte aussi une ligne droite de 800 m. C’est bien entendu la plus rapide. Par ailleurs, un circuit mouillé (1,7 km de long) à hauteur d’eau constante développé en collaboration avec l’université de Montpellier, des pistes de freinage ou de mesure des émissions de bruits de roulement, un cercle mouillé « steering pad » pour tester l’adhérence en virage, une zone tout-terrain pour les pneumatiques 4x4 & SUV, ainsi que des ateliers high-tech permettent aux pilotes-essayeurs de Goodyear de mener à bien leur mission. C’est ce centre d’excellence que les invités ont eu la chance de découvrir, guidés par le maître des lieux, Sébastien Morin, directeur du site et artisan de la modernisation du site au cours de ces dernières années.

Tous les pneumatiques tourisme et moto du groupe Goodyear Dunlop vendus en Europe, mais aussi au Moyen-Orient, en Afrique ou en Asie subissent plus de cinquante tests sur les pistes de Mireval avant leur commercialisation. De nombreux constructeurs de voiture ou de moto viennent y parfaire le développement de leurs futurs modèles. Quelques titres de presse y sont également reçus pour y mener leurs propres essais, et le groupe utilise parfois les lieux pour le lancement de nouveaux produits.

A lieu exceptionnel, événement particulier

Pour fêter dignement les 30 ans de son site de Mireval, Goodyear avait choisi de réunir des automobiles d’hier et d’aujourd’hui, afin de permettre aux invités de découvrir les différentes installations à bord de modèles exclusifs tels que des Porsche 911, Audi R8, Mercedes SLS AMG, ou encore des Alpine Berlinette, Porsche 356 ou Jaguar Type E. Le temps d’une ballade ou d’un baptême de piste sur le HPC (voitures aux mains des pilotes-essayeurs Goodyear), les invités ont pu apprécier le tracé du circuit et la beauté du lieu, lequel offre une vue imprenable sur le village de Mireval et la méditerranée. Une visite passionnante au cours de laquelle les participants se sont dits impressionnés par la haute technicité du site, ainsi que l’excellence de leurs guides.

En « guest stars », la Porsche 935 « Almeras », sur laquelle Johnny Halliday a couru, notamment sur le circuit de Mireval (Karland) au milieu des années 70, mais aussi la Formule 1 Jordan-Peugeot, qui elle aussi a posé ses roues à Mireval, mise à disposition pour l’occasion par le musée Peugeot de Sochaux, ou encore des motos de développement peintes aux couleurs du site (une Kawasaki ZX-10 R et une Honda CBR 600 spécialement équipées pour l’exercice) assuraient quant à elles le spectacle dans les stands. L’animation était complétée par un simulateur de conduite et la démonstration du fonctionnement des camions d’assistance autonomes des équipes de développement de Goodyear, qui peuvent accompagner une séance de tests de développement n’importe où sur la planète, en apportant l’assistance nécessaire à un constructeur ou à une écurie de course.

Le visiteur surprise…

Quelle ne fut pas la surprise des invités lorsque, escorté par des motards de la police nationale, l’ancien pilote de F1 Olivier Panis, venu en ami, est arrivé pour prendre place au dîner officiel ! Un moment privilégié où les participants ont pu échanger ou simplement se faire photographier avec le dernier pilote français à avoir remporté un Grand Prix avec des pneus Goodyear… c’était à Monaco, en 1996.

Le dîner a ensuite été ponctué par les interventions de MM. Darren Wells, président de Goodyear Dunlop Europe, Afrique, Moyen-Orient et Asie, Jean-Pierre Jeusette, directeur général du GIC*L (Goodyear Innovation Center du Luxembourg), Laurent Colantonio, directeur des essais et simulations pour le monde, Xavier Fraipont, directeur technique de Goodyear-Dunlop, et Sébastien Morin, directeur du site de Mireval, lesquels ont régalé leurs invités de vidéos historiques et autres anecdotes retraçant la formidable aventure humaine qu’a été le développement du site de Mireval au cours de ces trente dernières années.

C’est enfin un orchestre et un disc-jockey qui ont eu pour mission de remplir d’autres pistes que celles du centre d’essais, pour que reste gravé dans la mémoire de chacun cet anniversaire placé sous le signe de la passion automobile et moto, au travers de cet équipement fondamental qu’est le pneumatique.

  Source : Goodyear
Haut de page

Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué