11 avril 2018
Grâce à Bosch, la voiture sauve des vies
Depuis le 31 mars, les véhicules connectés équipés d’eCall déclenchent automatiquement un appel d’urgence en cas d’accident

Stuttgart, Allemagne – Une nouvelle étape vient d’être franchie en matière de sécurité routière : depuis le 31 mars 2018, le système d’appel d’urgence automatique « Emergency Call », ou eCall en abrégé, est devenu obligatoire au sein de l’Union européenne. Cela signifie qu’un secouriste numérique est désormais présent à bord du véhicule à chaque trajet, appelant automatiquement à l’aide en cas d’accident. « L’interconnexion des voitures rend bien des choses possibles. Avec le système d’appel d’urgence automatique eCall, les véhicules interconnectés sauvent à présent des vies », a déclaré Dirk Hoheisel, membre du Directoire de Robert Bosch GmbH. Au sein de l’Union européenne, tous les modèles de véhicules particuliers commercialisés pour la première fois après le 31 mars 2018 seront désormais équipés de série du système eCall. Ils comporteront un boîtier eCall standardisé qui, en cas d'accident, alertera automatiquement la centrale d’appel d’urgence des services de secours en composant le numéro européen unique 112. Les secours arriveront ainsi plus rapidement sur le lieu de l’accident, et l’aide sera plus ciblée. Selon l’UE, cela devrait sauver 2500 vies chaque année et réduire de 15 % le nombre de blessés graves. Avant même l’entrée en vigueur de l’obligation légale, certains constructeurs automobiles proposaient déjà le secouriste numérique à leurs clients en l’intégrant dans le système de navigation. Bosch propose une gamme complète de solutions et services télématiques pour ce service. Grâce au connecteur d’appel d’urgence Bosch installable en seconde monte, même les voitures plus anciennes peuvent bénéficier du service eCall.

Une assistance rapide de série

Enfiler un gilet de sécurité, mettre en place le triangle de pré-signalisation, appeler à l’aide : il y a de nombreuses choses à faire en cas d’urgence, et chaque seconde compte. Mais les personnes sont bien souvent en état de choc lors d’un accident. Et c’est plus terrifiant encore lorsque les occupants sont inconscients ou coincés à l’intérieur du véhicule après un accident, et ne sont pas en mesure d’appeler eux-mêmes les secours. C’est précisément dans ces situations que le système eCall peut véritablement sauver des vies. Sachant exactement où l’accident est survenu, de jour comme de nuit, sur une route de campagne déserte comme sur autoroute, il transmet automatiquement les informations aux services de secours. « Le système eCall alerte les secours plus rapidement que ne pourrait le faire un être humain, déclenchant ainsi la chaîne de sauvetage », explique Dirk Hoheisel. L’habitacle comporte par ailleurs un bouton SOS permettant aux occupants du véhicule de déclencher manuellement l’appel d’urgence. Dans les deux cas, une connexion vocale est tout d’abord établie entre le véhicule et les services d’urgence locaux afin de communiquer de plus amples détails sur l’accident. Si le conducteur ne réagit pas, les équipes de secours se rendent directement sur les lieux de l’accident. Grâce à la localisation précise avec les coordonnées GPS, les équipes de secours savent même dans quel sens de circulation s’est produit l’accident. Cela fait gagner un temps précieux car elles n’ont par exemple pas à rebrousser chemin à la sortie d’autoroute la plus proche pour se rendre sur les lieux de l’accident. Grâce au système d’appel d’urgence automatique, les interventions des secours sont 40 % plus rapides en ville. Dans les zones rurales, le délai d’intervention peut même être divisé par deux.

Un boîtier d’interconnexion qui sauve des vies

Les premiers constructeurs automobiles proposent le service eCall à leurs clients depuis plusieurs années déjà, en l’intégrant dans leurs systèmes de navigation ou d’info-loisirs. La voiture ne comporte pas dans ce cas de boîtier eCall standard, mais une unité de commande supplémentaire qui permet à un véhicule connecté de communiquer avec le monde extérieur. Chez Bosch, cette unité de commande a été baptisée Connectivity Control Unit (CCU). Elle constitue l’élément clé de la mobilité connectée et du centre de communication pour l’eCall et d’autres fonctions et services. La CCU détecte la survenue d’un accident par le déclenchement des airbags ou des prétensionneurs de ceinture. Il alerte alors les services de secours ou la centrale d’appels d’urgence Bosch en l’espace de quelques secondes, permettant ainsi aux secours d’intervenir de façon rapide et ciblée. Mais la CCU peut faire bien plus encore : connectée à d’autres capteurs répartis à bord du véhicule, elle sait par exemple combien de ceintures de sécurité sont attachées, et connaît donc le nombre de personnes présentes dans la voiture. Elle permet ainsi aux services de secours de mieux se préparer, en prévoyant le nombre de véhicules de secours en conséquence.

L’eCall de Bosch est multilingue

L’obstacle de la langue constitue bien souvent un écueil important pour expliquer ce qui s’est passé aux services d’urgence dans un pays étranger dont on ne parle pas la langue par exemple. C’est pourquoi le service eCall de Bosch parle couramment 16 langues, dont le français, le suédois ou encore le turc. Contrairement au système eCall standard, qui informe directement la centrale d’appels d’urgence locale au 112, le système eCall de Bosch alerte tout d’abord la centrale d’appels d’urgence Bosch, qui est disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et 365 jours par an. Les collaborateurs de l’équipe d’urgence connaissent la langue parlée par le conducteur en fonction du paramétrage linguistique du système de navigation. Ils peuvent dialoguer rapidement et directement avec le conducteur, dans sa langue, et s’enquérir de son état et des circonstances de l’accident. Cela permet d’éviter tout problème de compréhension dans ces situations d’urgence. L’équipe Bosch en charge des secours d’urgence coordonne ensuite toutes les opérations avec la centrale d’appels d’urgence des services de secours locaux, dans la langue du pays concerné. Cela facilite également le travail des secouristes locaux, qui savent exactement ce qui s’est passé et quelle aide ciblée ils peuvent apporter. Si le chauffeur ne répond pas à l’appel de la centrale Bosch, l’équipe alerte immédiatement les services de secours. Ce service fonctionne également hors des frontières européennes, Bosch proposant son service eCall dans plus de 50 pays à travers le monde, dont le Japon, le Brésil et l’Amérique du Nord. De nombreux constructeurs automobiles, comme Daimler AG par exemple, font déjà confiance au service d’appels d’urgence multilingue de Bosch.

Quand l’allume-cigares se transforme en secouriste

C’est la date de l’homologation de type des véhicules qui déterminera à l’avenir lesquels devront être équipés de série du système d’appels d’urgence automatique. eCall devient en effet obligatoire pour les nouveaux modèles de véhicules qui seront soumis pour la première fois à la procédure d’approbation de l’UE à compter du 31 mars 2018, avant leur mise sur le marché. Les modèles de véhicules dont l’homologation de type est antérieure à cette date pourront continuer à être construits et vendus sans eCall. « Mais pour Bosch, aucune voiture n’est trop ancienne pour sauver des vies. C’est pourquoi nous avons développé une solution installable en seconde monte pour l’eCall, qui se présente sous la forme d’un connecteur d’appel d’urgence enfichable », explique Dirk Hoheisel. Ce secouriste numérique installable en seconde monte à bord de toutes les voitures se branche tout simplement sur la prise 12 volts (allume-cigares) du véhicule, sans nécessiter de rendez-vous dans un atelier. Grâce au capteur d’accélération intégré, il détecte les collisions et détermine la gravité des accidents. Via Bluetooth, il envoie ensuite ces informations à l’application correspondante sur le smartphone du conducteur, qui alerte à son tour le service central de déclaration d’accident des assureurs automobiles. Avec la solution installable en seconde monte, la première étape consiste également à établir une connexion vocale avec le conducteur. Et si le conducteur ne réagit pas, les secouristes sont immédiatement alertés et dépêchés sur le lieu de l’accident.

Une solution destinée également aux motos

Les motocyclistes sont parmi les usagers de la route les plus vulnérables, le risque d’être tué lors d’un accident étant 18 fois plus élevé pour les motocyclistes que pour les automobilistes. C’est pourquoi Bosch ne limite pas son service eCall aux seules voitures, développant son dispositif de secours numérique pour les motards. Une CCU spéciale motos recense les données de fonctionnement du véhicule, ce qui lui permet de détecter les accidents. Grâce à un module GPS intégré, la position exacte de l’accident peut ensuite être transmise à la centrale d’appels d’urgence des services de secours.


  Source : Bosch
Haut de page

Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué