2 octobre 2014
MICHELIN crée un laboratoire des usages routiers à grande échelle
La mission du Centre de technologie de Michelin est d’innover, encore et toujours, pour mettre au point les meilleurs pneus possibles en fonction des usages identifiés. Les 6 600 personnes qui composent la communauté des chercheurs de Michelin ne travaillent pas seuls. Ils s’adjoignent les compétences développées par différents organismes, universités et fédérations, tous experts dans leur domaine. C’est ainsi que Michelin a noué des partenariats avec l’Institut de Recherche des accidents de la Route (VUFO) de l’Université de Dresde en Allemagne, avec la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA) ou avec des automobile-clubs comme l’ADAC.

Bien connaitre les usages est pour Michelin le préalable indispensable au développement des meilleurs pneus, ceux qui associent toutes les performances ayant du sens pour leurs utilisateurs. Là est la difficulté ! Un automobiliste nord-américain ne conduit pas comme un conducteur européen ou un conducteur d’Asie du Sud Est. Ils n’ont pas exactement la même voiture, ils ne roulent pas sur les mêmes infrastructures, ils n’ont pas les mêmes coutumes ou façons de conduire, ils ne sont pas soumis aux mêmes réglementations, ils ne font pas face aux mêmes conditions climatiques. Autant de spécificités que Michelin s’impose de prendre en compte, car il s’agit bien, au final, d’assurer avec ses pneus, le meilleur point de contact entre le véhicule et la route.

Dans cette logique, Michelin met en place un laboratoire de conduite inédit, fonctionnant en temps réel, conçu avec des équipements de mesures spécifiques utilisant les dernières technologies de « l’Internet des objets » , installés sur 2 800 véhicules à travers toute l’Europe, appartenant à des particuliers ou à des flottes automobiles, jeunes conducteurs ou plus expérimentés. Durant 3 ans (et ce depuis juin 2014), l’étude consistera à suivre ces utilisateurs dans chacun de leurs trajets*. Les informations collectées porteront sur le nombre de kilomètres parcourus et la vitesse. Elles intégreront des relevés d’accélération et de freinage en ligne droite et en virage. Analysées et croisées avec des données météorologiques et d’autres sur la sinuosité et les types de revêtements des routes, elles permettront à Michelin d’améliorer encore sa compréhension des usages de conduite pour innover avec toujours plus de pertinence.

  Source : Michelin
Haut de page

Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué